20 000 euros d'indemnités proposés aux grévistes de PSA

Publié le 17 Mai 2013

Publié le 17/05/2013 à 17h48
Auteur Sudouest.fr

commentaire(s)

1

20 000 euros d'indemnités proposés aux grévistes de PSA

La direction de PSA d'Aulnay-sous-Bois a proposé une indemnité de 20 000 euros aux grévistes s'ils quittent l'usine avant le 31 mai

Les grévistes de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois qui acceptent de quitter l'entreprise avant le 31 mai pourront bénéficier d'une indemnité exceptionnelle de près de 20.000 euros, selon l'accord de fin de conflit signé vendredi entre la direction et la CGT.

"Il s'agit d'une indemnisation de fin de litige", a précisé Philippe Patault, militant de la CGT, sur le parking de l'usine après l'annonce de la signature d'un accord mettant un terme à quatre mois de grève dans l'usine. Ceux qui en bénéficient s'engagent à ne pas saisir les Prud'hommes.

La direction renonce par ailleurs aux sanctions disciplinaires et aux procédures judiciaires engagées contre certains grévistes, dont quatre avaient été licenciés. En échange, la CGT abandonne son recours en justice contre le plan social.

"Les non-grévistes n'ont pas droit" à cette indemnité, a souligné Brahim Loujahdi, délégué CFTC de l'usine, syndicat qui a signé le plan social avec la CFDT, la CFE/CGC, FO et le GSEA.

Concrètement, grâce à l'indemnité exceptionnelle, un salarié gréviste avec dix ans d'ancienneté partira avec 50 % de plus (60.000 euros, contre 40.000 euros pour un non gréviste) que ce qui était prévu dans le plan social, selon M. Loujahdi.

Mais le directeur des ressources humaines du groupe Philippe Dorge a contesté toute inégalité de traitement. Les grévistes qui partiront avant fin mai renoncent à leur préavis, à la période de volontariat et au budget formation (jusqu'à 10.500 euros) prévus dans le plan social, a-t-il souligné lors d'une conférence de presse. "Il n'y a pas d'indemnisation supplémentaire", a-t-il insisté.

"On a ouvert une porte (...) D'autres salariés doivent pouvoir y adhérer", a plaidé Philippe Julien, secrétaire général de la CGT du site. "De fait, on l'a gagnée pour tout le monde, des salariés (non grévistes) s'inscrivent déjà sur nos listes pour un départ dans ces conditions là".

"Ils vont être obligés de l'étendre à tout le monde car sinon ça va chauffer", a aussi prévenu M. Loujahdi. "Sinon, ça sera 800 ou mille personnes qui manifestent", a-t-il expliqué.

"Si la direction fait ça, c'est pour accélérer les choses" et fermer l'usine "bien avant 2014", a-t-il regretté.

Et oui l'argent n'a pas d'odeur, même pour la CGT, le Cancer général du Travail !

Rédigé par jeanfrisousteroverblog

Repost 0
Commenter cet article