Jean-Louis Foulquier, figure de France Inter et père des Francofolies, est mort

Publié le 13 Décembre 2013

Publié le 11-12-2013 à 09h57

Auteur Téléobs , pour nouvelobs.com

La station lui rendra hommage ce mercredi de 20h à 23h.

Réagir

C'est France Inter, la radio avec laquelle il a collaboré pendant plus de 40 ans, qui l'a annoncé sur son antenne : le producteur et animateur de radio Jean-Louis Foulquier, grand défenseur de la chanson française et créateur du festival des Francofolies de La Rochelle, est décédé mardi à l'âge de 70 ans. "Il est parti d'une longue maladie", a indiqué à l'AFP une responsable de la radio, qui consacrera, mercredi, une partie de son antenne à son ex-animateur, notamment entre 20H00 et 23H00.

La ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti a fait part de sa "grande tristesse", saluant "l'une des grandes voix de la station publique" au moment où France Inter fête ses cinquante ans.

Voix familière aux oreilles des fidèles de France-Inter ("Studio de nuit", "Saltimbanque", "Y a d'la chanson dans l'air", "Pollen", "Les Copains d'abord"), il s'attachait a démontrer la variété de la chanson française et à donner leur chance aux jeunes, tout en se faisant passeur entre les générations.

Né le 24 juin 1943 à La Rochelle (Charente-Maritime), Jean-Louis Foulquier, fasciné par Léo Ferré à l'adolescence, monte à Paris pour réaliser sa vocation, devenir chanteur. Il se retrouve par hasard standardiste de nuit à la Maison de la radio à 22 ans, tout en chantant dans les cabarets. Deux ans plus tard, poussé par son patron Roland Dordhain et aussi par lucidité, il choisit de rester à la radio.

Passé les premiers reportages et l'apprentissage du micro, il enchaîne sur France-Inter les émissions consacrées à la chanson. Toutes seront marquées par la convivialité, la complicité. Jean-Louis Foulquier deviendra un interlocuteur privilégié des artistes.

En 1985, il réalise un rêve d'enfance en fondant dans sa ville natale les Francofolies, joignant ainsi sa passion de la musique à son goût de la fête. Dans son autobiographie "Au large de la nuit", Jean-Louis Foulquier raconte que l'idée de ce rendez-vous estival a germé lors d'une promenade nocturne dans sa ville natale après une de ses émissions. La première édition des Francofolies du 10 au 14 juillet 1985 réunit Francis Lalanne, Jacques Higelin, Catherine Lara, Hubert-Félix Thiéfaine, Les Rita Mitsouko, Daniel Lavoie, Diane Tell, Toure Kunda, Diane Dufresne, Zachary Richard.

Label devenu célèbre, le nom "Francofolies" est né du hasard. "Je m'emmerdais à chercher un bon titre, sans succès", racontait-il en 2009 à l'AFP. "Un matin, je me rasais en écoutant la radio et l'animateur a fait un lapsus, en disant +francofolie+ pour +francophonie+. J'ai trouvé le nom génial".

Pour la ministre Aurélie Filippetti, ce festival "a poursuivi depuis son origine l'ambition de son fondateur, et animateur infatigable, de faire découvrir et partager au plus grand nombre le meilleur de la chanson française, des jeunes artistes aux plus confirmés", selon une réaction communiquée à l'AFP.

Dans la foulée du succès de ce festival, des Francofolies se créent à Montréal (1989), en Bulgarie (1991), à Spa en Belgique (1994), en Suisse (1999). Jean-Louis Foulquier tire sa révérence au terme de la 20e édition des Francofolies, en 2004, année qui a vu à La Rochelle le triomphe de "M", associé à Cali et Bénabar, avec un total de 122.000 spectateurs.

Après deux infarctus, il décide de prendre du champ pour se consacrer à des activités artistiques parallèles. En septembre 2008, après 43 ans de collaboration, son histoire avec France Inter prend fin. Jean-Louis Foulquier consacre alors les dernières années de sa vie au cinéma, au théâtre et également à la peinture.

Chevalier de la Légion d'honneur, il a publié en 1990 une autobiographie "Au large de la nuit" (Denoël), et un album de chansons "Foulquier" (1993).

Sur le web: Les 50 ans de France Inter (Toulouse)

Rédigé par Par Téléobs ,pour Nouvelobs.com

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article