Affaire Boulin : un député PS de Gironde réclame la réouverture de l'enquête

Publié le 13 Mai 2013

Publié le 30/01/2013 à 18h59
Auteur Sudouest.fr

commentaire(s)

19

[VIDEOS] Au lendemain de la diffusion du téléfilm "Crime d'Etat", le député PS de Libourne Florent Boudié demande une réouverture de l'enquête sur la mort de l'ex-ministre

Un député PS de la région de Libourne (Gironde), dont était maire Robert Boulin, et le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, ont adressé mercredi une lettre, dont l'AFP a eu copie, à Jean-Marc Ayrault lui demandant une réouverture de l'enquête sur la mort de l'ex-ministre du Travail retrouvé mort dans 50 cm d'eau en 1979.

"Dans cette affaire qui, pour les uns, relève du drame personnel, pour les autres d'une affaire d'Etat frappée du sceau de l'omerta, nous vous demandons solennellement de bien vouloir accorder les moyens nécessaires à la Justice pour faire la lumière sur les circonstances de la mort de Robert Boulin, et donc d'engager la ré-ouverture d'une enquête judiciaire", écrivent Florent Boudié, député PS de la 10e circonscription de Gironde (Libournais) et Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

Une lettre adressée mercredi au Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, lui demandant une réouverture de l'enquête sur la mort de l'ex-ministre du Travail retrouvé mort dans 50 cm d'eau en 1979.

Cette lettre est écrite au lendemain de la diffusion sur France 3 d'un téléfilm "Crime d'Etat" qui dénonce les circonstances de cet "étrange" suicide et rappelle les soupçons qui pèsent sur cette vérité judiciaire offerte, depuis maintenant 33 ans, à l'opinion publique", selon eux.

Mardi, Fabienne Boulin-Burgeat, la fille de l'ancien ministre, a également adressé à la garde des Sceaux Christiane Taubira une lettre ouverte pour obtenir une réouverture de l'enquête notamment "sur la base de l'ensemble des faits nouveaux découverts postérieurement à l'ordonnance de non-lieu".

Les deux députés signataires de la lettre soulignent que "l'affaire Boulin traîne (...) son cortège de curiosités judiciaires, de négligences et d'oublis : expertises contestables, disparitions en série de scellés judiciaires, incohérences médico-légales,destruction de toutes les archives de l'ancien ministre dès après sa mort ...".

Officiellement, Robert Boulin, le ministre de Valéry Giscard d'Estaing pressenti pour Matignon, s'était suicidé en absorbant des barbituriques après avoir été mis en cause dans une affaire immobilière à Ramatuelle (Var).

Pour arriver à cette conclusion, les juges avaient notamment retenu les huit lettres envoyées la veille de sa mort par le ministre à des médias et différentes personnalités, dont Jacques Chaban-Delmas, ancien Premier ministre.

En 2010, la fille de Robert Boulin avait déjà demandé la réouverture de l'enquête pour "charges nouvelles", qui avait été rejetée en juin 2011 par le parquet général de Paris.

>> Lire la chronologie de l'affaire ici lire l ' article original sur sudouest.fr

Réagir

Réagir

Réagir

Réagir

Rédigé par jeanfrisousteroverblog

Repost 0
Commenter cet article