300 personnes retenues en 2008 à Hendaye

Publié le 31 Octobre 2009


p006_ph01_45690.jpg

31/10/2009

Par F.O.


La Cimade, seule association habilitée à intervenir au sein des centres de rétention administrative, a rendu jeudi dernier le rapport annuel 2 008, dans lequel elle aborde le centre d'Hendaye.


Rouvert depuis le 4 juin 2008 après un an et demi de fermeture pour reconstruction, le centre de rétention d'Hendaye a aujourd'hui une capacité d'accueil de 30 places, 24 pour les hommes et six pour les femmes et les familles.


Comme le dénonce Laurence Hardouin, avocate au Barreau de Bayonne et responsable de l'antenne locale de la Cimade, le centre de rétention admnistrative (CRA) d'Hendaye regorge de «personnes qui sont arrêtées avec leurs bagages, alors qu'elles possèdent leur billet de retour.» Une des absurdités et des dérives de la politique gouvernementale actuelle, selon les associations.


Et le rapport est formel. Les personnes placées dans le CRA sont très majoritairement des individus en transit, interpellés sur la zone de l'Eurocité, notamment sur la plateforme autoroutière de Biriatou et à la gare d'Hendaye. Mais aussi sur la ligne Pau-Tarbes, souvent des pèlerins en partance pour Lourdes. Des interpellations qui sont en augmentation durant les mois d'été.


Près de 300 retenus

Entre juin et décembre 2008, 300 personnes, dont 42 femmes et 258 hommes, y ont été placées pour une durée moyenne de 13 jours. «Nous traitons entre dix et douze cas par jour, c'est notre travail quotidien» ajoute la responsable locale de la Cimade.

Par ailleurs, deux familles ont été placées : la famille albanaise Kraks avec leurs deux enfants de sept et cinq ans, libérée suite à un vice de procédure par la Cour d'appel de Pau et les époux Kosovar Rrusta et leurs quatre enfants âgés de 10 ans à 16 mois.

Ces derniers n'avaient pas connu le même sort puisqu'ils avaient fait l'objet d'une mesure d'expulsion du territoire français par le tribunal de Bayonne.

Expulsion qui avait provoqué un vif émoi, notamment de la Cimade elle-même, mais aussi du réseau Education sans Frontières.


Vers une autre destination

Des ressortissants de 53 nationalités différentes ont été placés au centre de rétention d'Hendaye.

Si le rapport fait notamment état de plus de 10 % de Pakistanais, elle met aussi en évidence une majorité de Brésiliens, Marocains et Algériens de passage vers une autre destination : l'Etat espagnol ou leur propre pays.

Un nombre important qui s'explique par la proximité du Portugal, du Maroc et de l'Algérie.

 

Source lejdp.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article