AAAïe, la pression de Standard & Poors continue

Publié le 7 Décembre 2011

Ça se confirme : les agences de notation vont être une des voix majeures de cette campagne présidentielle. Que l'on s'excite sur le risque de perte du « triple A » de la France (« Si on perd le triple A, je suis mort », disait Nicolas Sarkozy il y a quelques semaines). Ou que l'on juge que cette excitation-même trahit la défaite d'une certaine idée de la politique.

La mise sous pression s'est accentuée avec le dernier communiqué de l'agence de notation financière américaine Standard & Poor's. Elle envisage d'abaisser « la note de solvabilité à long terme des six pays de la zone euro notés AAA » : l'Autriche, la Finlande, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas et l'Allemagne. L'Allemagne, oui, aussi mal traitée que les autres.

Prochain sommet européen : 8 et 9 décembre

Dans ce groupe de pays, la France est la plus mal lotie : sa note est menacée d'un abaissement de « deux crans », à « AA ».

En clair : l'agence juge supérieure à 50% la probabilité que ces notes soient abaissées sous trois mois.

Lundi soir, Paris et Berlin ont réagi en confirmant « leur volonté de prendre toutes les décisions nécessaires » pour « assurer la stabilité de la zone euro ».

Les agences de notation, elles, attendent de voir quelles décisions sortiront du prochain sommet européen, les 8 et 9 décembre.

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article