Arnaqués sur le Web, les pigeons ripostent

Publié le 1 Août 2012

Pigeons piégeurs 07/06/2012 à 18h09
Auteur Fanny André |  Pour Rue89.com

Faux héritage, fausse romance : sur Internet, l’imagination des arnaqueurs est florissante. Pour les contrer, des internautes prennent les escrocs à leur propre jeu.

C’est en recevant un e-mail d’un riche héritier béninois apparemment louche que Lucas (le prénom a été modifié) décide de riposter. Lucas est un « croqueur » : un chasseur d’escrocs sur le Web. Pour « croquer » son interlocuteur, il va utiliser le même mode opératoire que lui (fautes d’orthographe comprises) : une fausse identité, une fausse somme d’argent, le tout présenté dans un « script », un scénario préparé à l’avance pour piéger l’arnaqueur.

Son script, Lucas l’a imaginé en visionnant un reportage télé sur la Confrérie de la choucroute. « Je trouvais ça aberrant que les gens se retrouvent autour de la choucroute », explique le trentenaire qui travaille dans le bâtiment. Il ajoute :

« Je ne suis pas un geek qui reste derrière son ordinateur toute la journée, je fais ça avant tout pour me marrer. »

« Choucroutement vôtre »

C’est donc pour rigoler qu’il propose à son faux héritier béninois un faux partenariat avec la Confrérie de la choucroute. Le deal est alléchant – 85 000 euros pour ouvrir une confrérie en Afrique – et l’escroc mord à l’hameçon. Il devient alors le « mugu » de Lucas. Le mugu est, pour les escrocs comme pour les croque-escrocs qui ont repris le terme à leur compte, une personne piégée, en d’autres termes un pigeon.

Se déroule ensuite une discussion de trois mois entre le faux héritier et le faux choucroutier. Appâté par l’argent, l’escroc signe ses mails « choucroutement vôtre » et réalise une photo de lui et ses amis en tenue alsacienne, preuve de leur bonne foi et de leur volonté d’intégrer la confrérie.


Un groupe d’escrocs déguisés en choucroutiers alsaciens, « trophée » obtenu par un croqueur du site Croque-Escrocs.fr (Croque-Escrocs.fr)

C’est gagné pour Lucas, il a obtenu son « trophée ». La preuve qu’il a réussi à faire perdre son temps et à ridiculiser son interlocuteur. Il peut alors diffuser son récit sur le forum du site Croque-Escrocs.fr, la référence francophone de la contre-escroquerie amateur sur Internet.


Capture d’écran d’une vidéo montrant un escroc « croqué » réalisant une des dix épreuves du décathlon (Lucas)

Dans le même registre, Lucas a réussi à se faire envoyer les vidéos des dix épreuves du décathlon par un autre escroc convaincu que Lucas était un recruteur dans l’athlétisme français.

« Je sais que je n’attraperai pas de grosses pointures avec des scripts pareils », admet Lucas :

« Les croqueurs n’ont pas tous la même motivation. Moi, je fais ça dans l’esprit de me marrer, mais d’autres arrivent à aller très, très loin, ils réussissent à démanteler des réseaux entiers d’escrocs, ceux-là même qui sont trop expérimentés pour croire à mon histoire de choucroute. »

Pour le rire et pour le pire

Parmi ceux qui « vont plus loin », il y a Théo (le prénom a été modifié, sur le Net il se fait appeler « pwofsseur »). Le soir et le week-end, ce maraîcher de 40 ans est l’un des trois administrateurs bénévoles du site Croque-Escrocs.fr et s’est engagé dans une association d’aide aux victimes d’escroqueries, l’Aven.

300 adresses e-mails, une dizaine de numéros de téléphone : Théo a acquis toute la méthodologie de l’escroquerie, jusqu’à parler l’argot ouest-africain « à force de les avoir au téléphone ». Son but à lui, c’est « de leur faire mal ». Il n’a jamais été arnaqué mais « a rencontré beaucoup de victimes qui ont subi des trucs horribles. Pour certaines, c’est même allé jusqu’au suicide ». La situation le révolte :

« Les gouvernements n’ont pas l’air de prendre ça au sérieux alors que ce serait facile de créer des commissions rogatoires pour les arrêter. »

Les escroqueries par faux courrier existent depuis des décennies, mais Internet a fait exploser le phénomène et c’est depuis l’Afrique de l’Ouest qu’il s’est majoritairement développé. « Sur le forum, il est interdit de parler de politique, de race ou de religion », précise Théo :

« En croquant, on s’attaque à des escrocs, pas à des Africains. Si les escrocs étaient martiens ou inuits, ce serait la même chose. »

Justicier du Web

Les enjeux politiques et économiques en rapport avec le phénomène des arnaques sur Internet ne sont pas là pour émouvoir Théo. Ce qu’il dénonce, c’est « l’argent facile ». Pour cette raison, il refuse de soutirer de l’argent aux escrocs qu’il a réussi à mener en bateau. « Je pourrais le faire, mais je sais que pour me payer, ils utiliseraient l’argent de leurs victimes, donc c’est inacceptable », explique-t-il.

Croquer un escroc prend beaucoup de temps à Théo, entre deux jours et six mois. Mais cette activité coïncide avec sa passion pour les échecs :

« En plus de savoir qu’on fait quelque chose d’utile, il y a la stimulation de la chasse, c’est un vrai jeu du chat et de la souris, on est constamment en équilibre. »

Conscient des limites de son combat – « Même si on arrive à démasquer des escrocs, c’est à la justice de les condamner » –, il entend continuer sa chasse parce que qu’il « en a marre que personne ne fasse rien ».

MERCI RIVERAINS ! Alexandre Le Bars
  • 65371 visites
  • 163 réactions

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article