AVANT BORDEAUX - MARSEILLE. Diawara ne se défile pas

Publié le 16 Janvier 2010

AVANT BORDEAUX - MARSEILLE. L'ancien défenseur des Girondins, aujourd'hui à l'OM, se doute de l'accueil qui lui sera réservé demain pour son grand retour à Chaban-Delmas. À lui d'en faire abstraction
« Pourquoi ne pas essayer Marc Planus en équipe de France ? J'ai beaucoup aimé jouer à ses côtés ». (photo afp)
« Pourquoi ne pas essayer Marc Planus en équipe de France ? J'ai beaucoup aimé jouer à ses côtés ». (photo afp)

Souleymane Diawara se sait impopulaire du côté de la Gironde depuis son transfert l'été dernier à l'Olympique de Marseille. Même si le stoppeur sénégalais s'efforce de prendre avec détachement ce retournement d'affection, on sent que ça lui pèse à la longue. Mais il assume et accepte de parler du sort que devraient lui réserver ses détracteurs les plus imaginatifs. C'est courageux de sa part.

« Sud Ouest ».

Êtes-vous parvenu à faire le vide durant la trêve hivernale pour oublier vos mésaventures du début de saison, comme cette dérisoire histoire de permis de conduire (1) ?

Souleymane Diawara. Les vacances m'ont fait énormément de bien. Je suis allé voir ma famille au Havre et ensuite, je suis parti quelques jours au Maroc. Franchement, c'était nécessaire d'évacuer un peu le football, parce que la fin 2009 n'a pas été bonne sportivement. Cela va me permettre de revenir en 2010 à bloc.

Quelles bonnes résolutions avez-vous prises pour la nouvelle année ?

Il y a des choses que tu ne peux pas te permettre à Marseille que tu peux te permettre dans les autres clubs. À Marseille, le petit écart, on en fait toute une montagne. Je vais donc faire très attention désormais, car ici, ça prend des proportions énormes. C'est vrai que j'ai toujours le sourire, que je suis jovial, mais il ne faut pas oublier qu'on n'est pas seul, qu'on a une famille. Cela ne fait pas plaisir de voir sa mère un peu triste de voir son fils dans les faits divers.

Vous attendez-vous à être sifflé dimanche ?

Oui, ça, c'est sûr. Contre Trélissac déjà, il y avait un groupe de supporters bordelais qui me sifflait et qui chantait quelque chose sur moi. Je vais être hué.

Cela peut-il vous faire disjoncter ?

Non, je ne pense pas. Je me prépare psychologiquement. C'est comme ça. Les supporters pensent que je suis un traître, un salaud ou je ne sais pas quoi. Ils ont le droit de croire ce qu'ils veulent. On est en démocratie.

À votre avis, pourquoi certains font-ils une fixation sur vous alors que les supporters du PSG, par exemple, ne semblent pas aussi remontés contre Gabriel Heinze ?

Bonne question. Mais c'est à eux qu'il faut le demander (lire ci-dessous). Apparemment, j'ai trahi, je suis allé dans le club ennemi. Il s'est dit aussi que je faisais partie d'un groupe sur internet et que j'aurais déclaré avoir choisi Bordeaux par défaut ou je ne sais quoi. Pfff... (Un peu chagriné) Mais s'ils ont écrit une chanson sur moi, c'est que je les ai marqués, qu'ils m'aimaient bien et que j'ai fait du bon boulot quand même.

Avec leur parcours en Ligue des Champions, les Girondins méritent-ils l'appellation de « grand club », que vous aviez utilisée à propos de l'OM pour motiver vos envies d'ailleurs ?

Bien sûr ! Bordeaux est en train de devenir un grand d'Europe. Mais quand je dis que Marseille est un plus grand club que Bordeaux, c'est au niveau du palmarès. (Très calme) Maintenant, si ça ne leur plaît pas d'entendre la vérité, c'est leur problème. Je ne peux rien y faire.

Trouvez-vous les Girondins vraiment plus forts que la saison dernière ?

Bien sûr, puisqu'ils prennent moins de buts.

Ce Bordeaux-Marseille, est-ce la balle de match du championnat ?  .................

 

.....................lire la suite de l'article sur sudouest.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article