Candidature de Sarkozy: ses adversaires tirent à boulet rouge

Publié le 16 Février 2012

 

 
Auteur Sud Ouest. fr avec AFP  5 commentaire(s)

Candidature de Sarkozy: ses adversaires tirent à boulet rouge

Un "fiasco" pour Hollande, un "magicien" pour Le Pen, un "disque rayé" pour Mélenchon. Les adversaires du chef de l'Etat n'ont pas ménagé leurs critiques après l'annonce de sa candidature


Les adversaires de Nicolas Sarkozy n'ont pas ménagé leurs critiques après l'annonce de sa candidature ce mercredi soir sur TF1.
 
  • François Hollande

A Rouen, le candidat du PS a dressé le réquisitoire du quinquennat Sarkozy, au moment même où celui-ci annonçait sa candidature. François Hollande a dénonçé un "fiasco" et mis en garde contre "un candidat sortant qui tentera de faire de ses faiblesses une force". " Il s'est trompé pendant cinq ans et justement ce sera son expérience. » « Ce n'est pas un bilan, c'est un fiasco!". "Il prétendra que les recettes de l'austérité sont des remèdes du 21e siècle, qu'il faut oublier le bilan, que la crise est passée par là, que tout s'efface, que seul l'avenir compte", a-t-il énuméré, mais "c'est sa politique qu'il faut changer".

  • Marine Le Pen

La candidate du Front national à la présidentielle a déclaré:  "Les Français doivent maintenant donner à Nicolas Sarkozy ce qu'il mérite, un carton rouge" alors que le chef de l'Etat ressort, selon elle, "la machine à enfumer". "Je l'ai trouvé assez insincère et probablement pas convaincu lui-même de pouvoir faire oublier aux Français les échecs très lourds". "Cette fausse modestie, ces promesses multipliées, on a le sentiment" d'un "magicien dont on connaît le tour et dont on verrait les ficelles dépasser du costume, la tâche sera très difficile pour lui".

  • François Bayrou

Le candidat du MODEM a déclaré: « Ce qui était frappant à écouter Nicolas Sarkozy, c'est que c'était exactement les mêmes mots, les mêmes phrases, les mêmes exemples que depuis des mois et des mois. Et ce qu'on voyait quand on était de l'autre côté de l'écran, c'est qu'en réalité le bilan est tellement écrasant". "Toute la zone euro, avec le Portugal, l'Espagne, la Grèce... a eu, en une année, un déficit de 7 milliards et nous la France, toute seule, 70 milliards. Nous perdons en un mois ce que l'Europe perd en un an. Quand le capitaine a mené le bateau sur un récif, on dit qu'il faut un changement".

  • Jean-Luc Mélenchon

Le candidat du Front de Gauche  a déclaré: Nicolas Sarkozy a "repris les vieilles ritournelles libérales qu'il nous a serinées pendant cinq ans". "Ca ressemblait à un disque rayé". "La bonne chose" est que "nous sortons d'une période ridicule de faux suspense". "Il nous reste donc 69 jours pour s'en débarrasser".

  • Eva Joly

La candidate écologiste a déclaré: « C'est clair qu'il faut une alternance. Il faut absolument que nous chassions Nicolas Sarkozy du palais de l'Elysée. Il ne nous a rien dit. C'était le grand vide, pas un mot sur l'écologie, pas un mot sur la crise environnementale". Nicolas Sarkozy, ajoute-t-elle, "est dans le déni du bilan de son mandat et dans le déni du fait que sa politique a détruit les emplois dans notre pays. »

  • Nicolas Dupont-Aignan

Le candidat de Debout La République a vu mercredi soir dans la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy celle d'"un homme empêtré dans ses contradictions".

.......lire et voir l'article sur sudouest.fr

Présidentielle 2012 · politique · Nicolas Sarkozy · François Hollande · François Bayrou
À lire aussi
Le candidat Sarkozy veut: "redonner la parole au peuple"
Raffarin défend son livre et la candidature de Nicolas Sarkozy
"La France forte" : Nicolas Sarkozy fait dans le très classique
Présidentielle : Cécilia souhaite "bonne chance" à son ex-mari Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy candidat : « J'ai hâte de retrou ver les Français »

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article