Cinq idées folles (mais pas toutes idiotes) pour sauver l’euro

Publié le 24 Août 2012

Rue89


SOS 23/08/2012 à 19h32

Cinq idées folles (mais pas toutes idiotes) pour sauver l’euro

Pascal Riché | Redchef Rue89

 

Hollande et Merkel se sont retrouvés jeudi au chevet de la zone euro. Afin de les aider à réfléchir, Rue89 a dégoté cinq idées iconoclastes permettant d’éviter l’iceberg.


Le Titanic sur l’eau (Twentieth Century Fox France)

François Hollande et Angela Merkel se sont retrouvés jeudi soir au chevet de la zone euro, toujours malade de ses dettes publiques. L’été a été étonnamment calme sur les marchés financiers et pourtant, l’Europe est loin d’être tirée d’affaire.

Plusieurs pays n’arrivent toujours pas à se financer normalement. Les solutions proposées pour stabiliser le navire sont soit très risquées (jeter à l’eau le matelot grec) soit très complexes et longues à mettre en place (une plus grande intégration politique, un plus grand contrôle bancaire, de nouveaux instruments financiers, un changement du rôle de la banque centrale, etc.).

Quelques experts ont avancé des solutions plus folles, mais aussi plus simples et plus radicales. Mais ils prêchent jusque-là dans le désert. En voici cinq exemples.

1

Fusionner toutes les dettes et les restructurer

Paul Jorion

 


Paul Jorion (DR Fayard)

Paul Jorion n’est pas économiste de formation – il est anthropologue – mais il l’est devenu par passion. Il est l’un des rares à avoir prévu la crise des subprimes avant 2008.

Sur son blog, il propose une solution très radicale pour mettre fin, d’un coup, au problème :

« La nuit de dimanche prochain (avant l’ouverture de Tokyo), toute la dette des dix-sept nations de la zone euro est rebaptisée “Eurodette” (OATs, Bunds, etc.) et la minute suivante, la zone euro fait défaut dans son ensemble.

Lundi matin l’Eurodette est restructurée (d’un seul bloc) et la parité euro/autres devises ira se placer où elle le peut.

Les dix-sept pays de la zone euro se retrouvent non seulement avec la monnaie commune (qu’ils avaient déjà) mais avec une dette commune ayant subi la décote correspondant à la restructuration. La zone euro aura opéré sa métamorphose : elle peut désormais fonctionner comme une zone monétaire ordinaire. Elle est sauvée. »

Jorion a raison sur le papier : cela marcherait. Le problème, c’est que de nombreux pays, à commencer par l’Allemagne, sont très hostiles à l’idée de fusionner leur dette bien notée avec les dettes mal notées (et donc plus chères à financer sur le marché) des pays fragilisés. Pour eux, cela reviendrait à faire porter le poids du sauvetage sur leurs propres contribuables.

2

Ecrêter TOUTES les dettes publiques

Nicolas Dufourcq et Sahra Wagenknecht

 


Nicolas Dufourcq (DR/Cap Gemini)

Nicolas Dufourq est directeur financier de Cap Gemini. Sur Rue89, il a avancé une proposition originale : écrêter TOUTES les dettes publiques européennes, y compris l’allemande, de 20%.

« La dette européenne s’établirait dès lors environ à 65% du PIB européen ; afin de respecter un principe d’équité essentiel à la construction d’une Europe des peuples, toutes les dettes, y compris la dette allemande (81,2% [en 2011, ndlr] du PIB aujourd’hui) ou la dette finlandaise (50% du PIB), seraient écrêtées ;

elles seraient ensuite mutualisées ; les Eurobonds deviendraient l’instrument de financement d’une Europe forte car libérée de l’effet boule de neige de la dette ; ils se négocieraient à des taux bas car le monde entier préfèrera prêter à une Europe assainie plutôt qu’à un continent étouffé sous le poids de sa dette [...]. »

Selon lui, les détenteurs de créances (assurances-vie, banques...) n’y perdraient pas. Car l’alternative, c’est la crise, la baisse du patrimoine et la baisse durable du niveau de vie : rien de bon pour eux...

En Allemagne aussi


Sahra Wagenknecht (DR)

L’idée d’un écrêtement général a également germé outre-Rhin, sous une plume très différente, celle d’une député du parti de gauche (Die Linke), Sahra Wagenknecht.

Tous les pays verraient leur dette amputée et ramenée à 60% du PIB (actuellement, celle de l’Allemagne est de 81,2% du PIB, celle de la France de 100%).

Cela déstabiliserait plusieurs banques, mais des mécanismes de soutien seraient mis en place pour empêcher que cette crise bancaire ait un effet sur l’économie réelle.

3

Une grosse taxe « one shot » sur le patrimoine

Giuliano Amato

 

En 2010, l’ancien Premier ministre de gauche Giuliano Amato a proposé une idée simple : réduire la dette italienne de 120% à 80% du PIB italien en ponctionnant, en une seule fois, le patrimoine du tiers des Italiens les plus riches.

L’économiste français Jacques Delpla, libéral, a repris l’idée dans une chronique publiée par les Echos, proposant une taxe exceptionnelle de 15% levée sur l’ensemble du capital national : actifs financiers et immobiliers.

Cet argent viendrait garantir le remboursement de notre dette publique. On pourrait la payer en cash ou en titres de propriété (ce qui éviterait de causer trop de problèmes aux gens riches en capital, mais pauvres en liquidités).

4

Séparer la bonne dette (bleue) de la mauvaise (rouge)

Jacques Delpla

 


Jacques Delpla (DR)

Dans les Echos, le même Jacques Delpla a proposé de séparer, pour les émissions futures, les dettes en deux parties.

« Une partie senior (bleue), dont la qualité serait identique aux obligations fédérales allemandes (le Bund) et qui irait au maximum jusqu’à 60% du PIB : elle serait toujours remboursée avant les autres dettes publiques et serait implicitement notée AAAA.

D’autre part, une dette rouge (au-delà des 60% du PIB), junior, susceptible de défaut.

Ensuite, les états, qui s’engageraient à l’orthodoxie budgétaire, mettraient en commun l’ensemble de leurs dettes bleues, chaque pays étant responsable de l’ensemble des dettes bleues des autres pays.

Il y aurait une unique dette bleue, de plus de 5 000 milliards d’euros, émise par une agence de la dette bleue. Les dettes rouges, elles, demeureraient nationales et continueraient d’être émises par les Trésors nationaux. »

Cette « dette bleue » est selon lui « le seul moyen pour redonner à des pays comme le Portugal ou la Grèce » un accès permanent à des financements abordables. A défaut, ils auront la tentation de quitter l’euro.

5

Faire sortir l’Allemagne de l’Euro

John Prout

 


John Prout (DR)

C’est une idée imaginée par John Prout, ancien responsable de la salle des marchés du Crédit commercial de France.

Elle a été reprise sur son blog par l’Américain Clyde Prestowitz, président de l’Economic Strategy Institute. Le problème de l’euro, disent-ils, n’est pas la faiblesse de la périphérie, c’est la force excessive de l’Allemagne.

Selon eux, du point de vue de l’économie allemande, l’euro est sous-évalué (d’où les énormes excédents de ce ce pays, mais il est surévalué pour tous les autres pays :

« Du fait de l’énorme compétitivité internationale de l’Allemagne et de la taille prééminente de son économie, l’euro est bien plus fort qu’il ne le serait dans une eurozone sans Allemagne. »

La sortie de l’Allemagne permettrait aux autres pays de retrouver leur compétitivité et donc de la croissance, grâce à la dévaluation de l’euro face au nouveau mark. Et l’Allemagne perdrait la part « artificielle » de sa compétitivité.

Ce n’est pas bête. Ils oublient un détail : l’euro est avant tout une construction politique. Sans l’Allemagne, il aurait beaucoup moins d’intérêt. L’expulsion de Berlin ressemblerait en réalité plus à la fin de l’euro qu’à son « sauvetage ».

MERCI RIVERAINS ! Pierrestrato
  • 17851 visites
  • 141 réactions

À vous !

Vous devez être connecté pour commenter : or inscrivez-vous
Hulk
Hulk
ERREUR 403 de droite

Rédigé par

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article