Comment Ségolène Royal va réussir à piéger Bayrou

Publié le 3 Janvier 2010

REGIONALES. Malgré la consigne, des candidats du Modem pourraient se rallier à la présidente de Poitou-Charentes

Ségolène Royal veut rallier à sa liste une partie du Modem régional. Ce qui ne plaît guère à François Bayrou. (photo)
Ségolène Royal veut rallier à sa liste une partie du Modem régional. Ce qui ne plaît guère à François Bayrou. (photo)

Ce ne serait plus qu'une question d'heures. Au pire, de jours et de nuits de tendres négociations, assure-t-on sous le couvert d'un anonymat de moins en moins contraint. Trois semaines après avoir refusé l'embarrassante proposition d'alliance formulée par Ségolène Royal, François Bayrou risque ainsi d'être bientôt pris à son propre piège.

« Ce qu'elle fait, c'est souvent rigolo », avait alors balayé le président du Modem, pourtant fervent promoteur d'un « arc central » anti-Sarkozy. Pas sûr, en revanche, que celui-ci s'esclaffe lorsqu'il apprendra la sécession d'une partie de ses troupes dans la médiatique province de Poitou-Charentes, là où une tête de liste a pourtant déjà été officiellement investie.

« Le ton est vite monté »

Car plutôt que de continuer de traiter avec le bon Dieu centriste, Ségolène Royal a depuis préféré s'en remettre à ses saints. En l'occurrence, Alexis Blanc, président de la solide fédération de Charente-Maritime qui, par l'odeur d'un strapontin à Poitiers alléché, tient aujourd'hui ce langage : « Cinq places éligibles, c'est très honnête, et d'ailleurs plus que ce qu'une liste autonome du Modem pourrait espérer. Cela signifie aussi que nous pourrions former un groupe, et donc disposer d'une permanence et d'un secrétariat. Alors, oui, nous discutons avec d'autant moins de scrupules que Bayrou lui-même fait guili-guili avec le Parti socialiste depuis l'été dernier. Je suis allé le voir à Paris pour lui rappeler que le Modem était un parti décentralisé. Hélas, le ton est vite monté. »

Mais si Alexis Blanc n'a pas encore d'auréole au-dessus de sa jeune tête de trentenaire élu dans l'île d'Oléron, François Bayrou n'hésite plus désormais à le désigner comme le traître Judas. Joint ce week-end au téléphone, l'ex et futur candidat à la présidentielle évoque simplement un problème d'ego.

« Certains ont été vexés de ne pas être choisis, comme Alexis Blanc qui n'habite même pas la région Poitou-Charentes, et qui est donc, selon moi, complètement extérieur au jeu. Il peut y avoir individuellement des gens déçus, mais cette rumeur d'alliance avec Ségolène Royal est aussi fausse que malintentionnée. Avant et après son offre, le parti a pris une délibération nationale sur le sujet. Il n'y aura aucun candidat Modem sur sa liste, c'est d'une clarté biblique. »

Méthode Coué ou bien ultime intimidation du commandeur béarnais dont la statue commence à vaciller en interne, ses propos ont de toute façon été contredits hier par l'entourage immédiat de la présidente de Poitou-Charentes. « Oui, nous négocions avec des élus du Modem, et nous aboutirons probablement. Ce ne sont pas les volontaires qui manquent. » Quitte, au passage, à faire tinter le tiroir-caisse devant de potentiels dissidents inquiets de ne pas savoir si les frais de campagne leur seront remboursés en cas de performance inférieure aux fatidiques 5 %.

« Bayrou ne veut pas répondre formellement, explique Alexis Blanc. Il dit que ça nous fait une motivation supplémentaire pour nous battre. Mais ça nous fait d'abord une motivation supplémentaire pour douter, surtout que Paris est toujours incapable de lancer cette campagne. »

Un risque de contagion    ....................................

 

........................................ lire la suite sur sudouest.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article