L'épouse du journaliste Taoufik Ben Brik demande l'aide de Jean Daniel

Publié le 28 Novembre 2009

Azza Zarrad, épouse du dissident tunisien condamné jeudi à six mois de prison pour violences sur une femme, est sans nouvelles de son mari. Nouvelobs.com publie de larges extraits d'une lettre dans laquelle elle sollicite l'aide de Jean Daniel. Le fondateur du Nouvel Observateur lui répond.

Taoufik Ben Brik (AFP)

Taoufik Ben Brik (AFP)

Voici des extraits de la lettre d'Azza Zarrad :

Parce que vous avez fait cet appel si fort, si humain, si émouvant au président pour lui demander d’inviter les courtisans à une autocritique et faire un geste politique,
Aujourd’hui, je m’adresse directement à vous, au mari et au père que vous êtes pour m’aider à retrouver mon mari porté disparu de la prison de la Mornaguia où il a été incarcéré depuis le 29 octobre. Je dis bien disparu puisque depuis le jour du procès, le 19 novembre, personne n’a pu voir Taoufik Ben Brik, ni moi, ni ses frères et sa sœur, ni ses avocats, et nous avons toutes les raisons de nous inquiéter.
Aujourd’hui, jour de l’aïd, jour de visite spontanée, j’ai été privée, comme toute la famille de rencontrer Taoufik. L’unique réponse qui nous a été signifiée : Ben Brik n’est pas en prison et nous ne savons pas où il est. (….)
Samedi, dimanche, jours fériés, personne n’aura de ses nouvelles.
Où est mon mari ? Qu’est-il advenu de lui ? Pourquoi nous refuse t-on de le voir ? Est-il hospitalisé ? Est-il toujours vivant ? (…)
J’ai peur pour son intégrité physique et je suspecte, non sans raison, que quelque chose lui soit arrivé pour le cacher du regard de sa famille et d’autrui.
Bientôt mon mari sera à court de ses médicaments vitaux, l’hydrocortisone et je m’alarme. Qui va lui en procurer ? Pas l’administration pénitentiaire, en tous les cas. (….)
Vous êtes mon unique secours pour sauver et libérer Taoufik .
Sauvez-le."

Voici la réponse de Jean Daniel :

"Je n'ai jamais laissé une lettre de ce genre sans réponse. Jamais dans une longue carrière. Monsieur le président de la République tunisienne ne peut pas l'ignorer et il a paru comprendre l'appel à la clémence que je lui ai adressé il y a une dizaine de jours. Cela m'encourage et m'oblige à lui demander de toutes mes forces de faire en sorte que l'épouse de ce prisonnier soit le plus rapidement possible rassurée et que nous puissions saluer un geste fort et humain du chef de l'Etat tunisien."


Source Nouvelobs.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article