Espagne : la famille de Yolanda Gonzalez veut une enquête

Publié le 8 Mars 2013

Publié le 08/03/2013 à 20h33
Auteur SudOuest.fr 

commentaire(s)

0

Sa soeur, Charentaise venue d'Espagne, a découvert il y a quelques jours que le responsable de la mort de Yolanda a fait carrière dans la police.

La soeur de Yolanda

La soeur de Yolanda "veut savoir qui a protégé ce tueur" (Laurent Theillet)

Les proches d'une étudiante dont l'assassinat par un commando d'extrême droite en 1980 avait secoué l'Espagne ont réclamé vendredi au ministère espagnol de l'Intérieur l'ouverture d'une enquête après la révélation que l'assassin a pu travailler comme conseiller pour la police.

Les responsables du ministère de l'Intérieur "se sont montrés disposés à enquêter", a déclaré à Madrid Asier Gonzalez, le frère de la victime, après une rencontre privée organisée avec le chef de cabinet du ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz.

 

Étudiante, militante au Parti socialiste, Yolanda Gonzalez avait été tuée à 19 ans de deux balles dans la tête, le 1er février 1980, par un commando d'extrême droite qui la soupçonnait d'être membre du groupe armé séparatiste basque ETA.

"Nous leur avons demandé qu'une enquête officielle soit ouverte et qu'ils en rendent compte au Parlement", a précisé Asier Gonzalez, ajoutant que le ministère avait pour l'instant simplement "demandé des informations à la police".

Les proches de Yolanda Gonzalez avaient réclamé cette entrevue après les révélations, le 24 février, du quotidien El Pais sur la nouvelle vie d'Emilio Hellin Moro, condamné en 1982 à 43 ans de prison pour l'assassinat de la jeune fille, non loin de Madrid.

Selon le journal, après avoir purgé 14 ans de prison pour ce meurtre, et avoir bénéficié d'une libération anticipée dans le cadre d'un aménagement de peine, l'ancien militant du groupe d'extrême droite Fuerza Nueva, âgé de 63 ans, a changé de prénom et est devenu expert-policier pour le ministère de l'Intérieur.

L'assassinat, non loin de Madrid, de Yolanda Gonzalez, avait secoué l'Espagne, alors en pleine transition post-franquiste.

ETA lire  · Ambleville · Angoulême · Euskadi lire l'article sur sudouest.fr · Faits divers
À lire aussi
Espagne : l'assassin devient expert-policier pour le ministère de l'Intérieur

Rédigé par jeanfrisousteroverblog

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article