États-Unis : Un vent nouveau venu de l'Ohio

Publié le 13 Décembre 2011

Monde - le 12 Décembre 2011

Comment une loi abolissant toute participation des salariés aux débats sur leurs conditions de travail a été annulée par un référendum imposé par une pétition populaire.


A Madison, dans le Wisconsin, le gouverneur Scott Walker doit faire face à un événement inattendu, un "recall", une procédure qui permet l'organisation d'un référendum pour abolir une loi votée par le Parlement local. Le vent de l'espoir d'en finir avec un texte qui exclu les représentants des salariés du secteur publique des conventions collectives, qui banni leurs syndicats de tout débat sur les salaires et les conditions de travail, ce vent vient de l'Ohio où une première victoire avait été remporté le 8 novembre dernier contre le gouverneur, John Kasich, auteur d'un même méfait.

Celui-ci avait été élu en novembre 2010, avec la vague du Parti Républicain qui avait emporté la majorité à la Chambre des Représentants, et la frôlant de peu au Sénat. 2.100.000 voix ont rejeté son projet, alors qu'il avait obtenu sur sa candidature 1.890.000 suffrages, un an auparavant. Un déficit imprévu.

Le 31 mars dernier, il avait fait adopter par sa majorité parlementaire une loi qui éliminait les représentants des 360.000 salariés des services publics de toute discussion à un moment où, au nom de la lutte contre le déficit – un cheval de bataille de de l'extrême droite des Républicains  – il annonçait une série noire de licenciements dans les hôpitaux, l'enseignement, les pompiers, la police... Une coupe des budgets qui impliquait d'autres menaces sur les emplois du secteur privé déjà mal en point.

L'ensemble des militants des syndicats, cette fois, ont lancé une pétition affirmant "les salariés ne doivent pas être les boucs émissaires des problèmes économiques de l'Etat". Diffusée sur Internet et sur les télévisions, les radios grâce à l'argent collecté, une trentaine de millions de dollars. Quatre fois plus que les sommes recueillies par les partisans de l'austérité made in USA dont se réclamait John Kasich pour soutenir sa propre campagne.

Côte à côte, infirmières, pompiers, sidérurgistes, ouvriers du bâtiment, sportifs, vedettes, et... policiers manifestaient derrière une banderole proclamant : "Nous sommes l'Ohio" opposé au slogan des ultras pour "un Ohio meilleur". Il y avait aussi, bien sûr, les indignés d'Occupy Wall Street, ceux qui se réclament des 99% contre les 1% super riches, un mouvement sans structure qui s'est étendu à une cinquantaine de villes.

La pétition de l'Ohio a été signée par 1 million 300.000 citoyennes et citoyens. Plus qu'il n'en fallait. Dans le Wisconsin, ils en sont à plus de 300.000, proche de franchir la limite qui exige un référendum.

Le soir de la victoire en Ohio, on a dansé dans les rues, et le lendemain, le Wall Street Journal découvrait que cette "défaite massive" était "le signe  de changement dans l'électorat". De l'Ohio, au Maine, au Mississipi, en Virginie, sans compter l'Arizona et sa loi raciste à l'égard des hispaniques, les défaites se comptaient en ce début novembre.

C'était la renaissance pour les syndicats d'un "tous ensemble", d'une prise de conscience que des changements sont possibles qui ne feraient pas payer aux salariés une crise dont il ne sont pas responsables. L'AFL CIO, le SIEU (les services), les sidérurgistes, les camionneurs... ont présenté des projets de programmes sociaux et économiques. Exigeant que leur soutien aux candidats de novembre prochain ne soit accordé qu'a ceux qui s'engageront à soutenir leurs revendications. Une question de survie pour des syndicats en déclin et un avertissement au parti Démocrate. Un coup à l'idée dominante de résignation,ouvrant les consciences à un débat sur l'intervention des citoyens dans la sphère politique. Oui, un "changement" inattendu pour les États-Unis.

 

 

  • A lire :

Le Wisconsin contre l’austérité
Quand Madison se soulève contre les mesures d’austérité
Tribune de Chrystel Le Moing, chargée de missions aux relations internationales de la Fondation Gabriel-Péri : Convergences progressistes à New York
États-Unis : défaite d’un extrémiste, le président ultradroitier du Sénat d’Arizona
Reportage : Le regard de deux syndicalistes sur les Etats-Unis d'aujourd'hui

Auteur Jacques Coubard

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article