Gironde : un élève poignardé à la gorge en plein cours

Publié le 21 Mars 2013

Publié le 20/03/2013 à 06h00 | Mise à jour : 20/03/2013 à 07h26
Auteurs Jérôme Jamet et Florence Moreau

commentaire(s)

178

Le lycéen de 15 ans est dans un état grave. Il a été agressé au couteau par l'un de ses camarades. Le parquet a ouvert une enquête criminelle.

Tout l'après-midi, des gendarmes ont gardé les entrées du lycée.

Tout l'après-midi, des gendarmes ont gardé les entrées du lycée. (Photo J. J./ « sud ouest »)

Sylvain, un élève du lycée professionnel de Blaye, en Gironde, a été grièvement blessé avec un canif par l'un de ses camarades, hier en fin de matinée. Le parquet de Bordeaux a confirmé dans la soirée que ses jours étaient en danger, avec un pronostic toujours « très réservé ». Une enquête criminelle pour tentative d'homicide a été ouverte.

L'adolescent, âgé de 15 ans, a été frappé à la gorge par arme blanche en plein cours, vers 11 h 30. Selon les témoignages des élèves présents en classe, l'agresseur présumé, âgé de 17 ans, aurait subitement attaqué son camarade avant de prendre la fuite. Il s'est rendu peu de temps après, avec un membre de sa famille, à la brigade de gendarmerie située à quelques dizaines de mètres de cet établissement scolaire qui accueille quelque 400 élèves.

 

« Paniqué »

« Nous n'avons pas encore d'explication sur le pourquoi de ce geste », fait encore savoir le parquet de Bordeaux. De fait, les témoins disent ce qu'ils ont vu ou ressenti mais ignorent encore les raisons de cet accès de violence. « On était en train de faire une expérience en atelier de plomberie, et puis il lui a sauté dessus. Moi, je suis parti chercher l'infirmière tout de suite », relate un des dix élèves de cette classe de seconde technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques. Chacun d'entre eux a été entendu par la gendarmerie.

« Ça s'est passé très vite, et on l'a entendu crier », confirme un autre élève, livide, qui, accompagné par son père, se rend à la cellule psychologique dite « d'écoute et d'attention aux élèves et professeurs », mise en place au lycée par l'inspection d'académie. La mère d'un élève témoigne que son fils l'a immédiatement appelée, « complètement paniqué, je ne comprenais pas ce qu'il me disait ».

Après l'arrivée du Samu, qui a prodigué les premiers soins, Sylvain, dans un état grave, a été évacué vers 13 heures par hélicoptère jusqu'aux urgences du CHU de Bordeaux. Le va-et-vient des gendarmes, des lycéens et des professeurs a rythmé l'après-midi de ce quartier de Blaye où se concentrent dans un tout petit périmètre le lycée professionnel, le lycée général, le point rencontre information jeunesse (Prij) et la gendarmerie.

Au Prij, les animateurs ont accueilli les élèves, dont les cours avaient été suspendus. Certains, en pleurs, tentent de calmer leur douleur dans les bras de leurs camarades. Un ami de la victime hurle sa peine en direction de la gendarmerie, où l'agresseur présumé a été placé en garde à vue.

Le lycée sécurisé

« Ils s'étaient déjà disputés une fois, raconte un élève présent en classe au moment des faits. C'était tendu entre eux depuis octobre ou novembre, ils s'insultaient. » « Ils s'accrochaient vite fait, rien de grave, confirme une amie de la victime. Des insultes, mais ça n'allait pas plus loin. »

« Je ne comprends pas, c'est un ami à moi, je ne pensais pas qu'il avait tant de haine », témoigne un lycéen proche de l'agresseur présumé. « C'est un élève qui se comporte très bien, indique à son tour un professeur qui a les deux lycéens dans sa classe. On ne voit pas arriver ces choses-là. » Surpris de ce qui s'est passé, ce professeur, comme d'autres de ses collègues, reconnaît que le lycée de Blaye aussi est « confronté a des comportements qui posent problème, avec beaucoup de violence verbale ».

Le sous-préfet, Jérôme Burckel, le maire de Blaye, Denis Baldès, la représentante du procureur Marie-Noëlle Courtiau-Duterrier, ainsi que le recteur de l'académie, Jean-Louis Nembrini, et que le directeur académique des services départementaux se sont rendus sur place hier. Une équipe mobile de sécurité de l'Éducation nationale sera présente tant que cela sera nécessaire. Les cours doivent reprendre ce matin.

Blaye · Faits divers  lire l'article sur sudouest.fr · Denis Baldès · Bordeaux · Jean-Louis Nembrini · enseignement
À lire aussi
Poignardé à la gorge au lycée de Blaye : la garde à vue de l'agresseur prolongée mercredi
Poignardé à la gorge au lycée de Blaye : l'état de santé de la victime s'est aggravé
Gironde : le lycéen poignardé par un camarade est mort
L

 

 
Vos commentaires 178
 
1234
M1109
21/03/2013, à 12h57 Alertez
Et pour préciser je connaissais Sylvain et non pas l'agresseur. Et je ne défendais absolument personne... Sam et Pat je ne suis pas contre vos avis, bien au contraire je suis d'accord avec certains commentaires, mais d'autres non... Ce que je vois c'est qu'il y a autant de haine sur ce forum que dans la vie réelle, et que c'est pas en disant des trucs pareils qu'on va donner l'exemple aux jeunes de mon âge. Et oui, je trouve ça dégueulasse d'en arriver là, et oui, il mérite de payer ses actes. Je n'ai jamais dit l'inverse, arrêtez de tout mélanger.
 
 
brubru33
21/03/2013, à 11h11 Alertez
J'ai été élève dans un lycée technique et il n'y avait aucun canif qui trainait. L'acte était prémédité, le canif préparé. Oui, on peut plaindre les 2 familles qui vont devoir vivre avec ce drame le restant de leurs vies. Mais il y a un mort.... dans quelques années l'assassin sortira de prison, il changera de région et sa vie continuera. Le mort reste mort, sa famille vivra sans lui. Je suis révolté par l'évolution de notre société et par la violence des rapports qui existent entre les jeunes. Les bonnes paroles ne servent à rien, les adultes ont baissé les bras. POURQUOI????
 
 
taipo
21/03/2013, à 06h41 Alertez
mais bien sur ,pourquoi pas un policier dans chaque classe,derrière chaque élève.soyons sérieux.
 
 
Berliet32
21/03/2013, à 05h40 Alertez
Courage à la famille de la victime. çà doit être difficile à vivre ?..
Comme quoi, on pense que çà ne se produit que "chez les autres". Mais il y a aussi des délinquants près de chez nous!.
On peut se poser la question, pourquoi autant de "répression policière" sur les routes, (ou les parkings de super marchés. Mème les parkings d'écoles, sont surveillés!... SI, si je l'ai constaté de visu). De-plus, c'est le "passage obligé"...
Mais c'est surtout pour la répression automobile, (assurances, contrôle technique), pas pour les délinquants. Çà rapporte davantage!...
@+ peut-être, si je ne suis pas censuré.
 
 
SP33
20/03/2013, à 22h54 Alertez
L'élève est decedé en fin d'après-midi...
 
 
richelieu17
20/03/2013, à 19h55 Alertez
j'espère que ce jeune va s'en sortir.. courage à ça famille
 
 
samyritte
20/03/2013, à 19h39 Alertez

A SAINTAIS biensur que non ce jeune à Peter un plomb c est impardonnable , mais qui vous dis qu il ne recommencera pas un jour ? Il est capable de donner un coup de couteau à un élevé en pleine classe c est pas rien . Tout ce que je veux dire c est que des récidivistes sont dans la nature et ils sont capables de tuer et je ne voudrais pas etre sur leur chemin ni qu ils s en prennent à mes enfants , donc pas de réinsertion pas de médicaments , il faut les écartes pour toujours .

Rédigé par

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article