Grand Stade, LGV, A63 : les grands projets dans le Sud-Ouest en 2012

Publié le 11 Janvier 2012

La région va connaître un certain nombre de bouleversements en 2012. Voici une sélection des principaux projets par département

Image de synthèse du projet retenu pour le Grand stade de Bordeaux|| CABINET HERZOG ET MEURON
(CABINET HERZOG ET MEURON)
6 sur 6
Image de synthèse du projet retenu pour le Grand stade de Bordeaux
 

L'année 2012 ne sera pas seulement politique. L'élection présidentielle occupera certes une grande part de l'actualité et des préoccupations des Français, mais la vie quotidienne des habitants du sud-ouest de la France sera rythmée cette année par un certain nombre d'événements, de changements et de grands chantiers.

Le premier d'entre eux est celui de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux, dans les départements de la Charente et de la Gironde. Un projet qui, une fois abouti, mettra Bordeaux à deux heures de Paris en 2016. Cette année donnera aussi l'occasion aux collectivités locales d'avancer sur le dossier des lignes à grande vitesse au sud de Bordeaux, vers Toulouse et le Pays basque, qui se heurtent pour l'instant à une vive opposition.

Mais 2012 n'est pas, heureusement, seulement l'année des nouvelles routes (particulièrement l'A 63 de Bordeaux au Pays basque), nouvelles voies ferrées et nouveau pont levant dans la capitale girondine. Cette année sera aussi peut-être la première sans feria à Vic-Fezensac, dans le Gers, mais avec des plages basques menacées par de nouvelles directives européennes, une plus belle gare à Agen, une nouvelle médiathèque à Pau et une exposition sur Lascaux qui ira à la rencontre du public régional. Reste enfin, probablement le clou du spectacle, la première mise à l'eau de « L'Hermione ».

  • GIRONDE : Des chantiers XXL, du pont levant...à la LGV

En Gironde, 2011 était « l'année du fleuve », 2012 sera « l'année des chantiers XXL ». Les chantiers qui se terminent, comme celui du pont levant Bacalan-Bastide ; ceux qui se poursuivent, comme celui du bouchon ferroviaire au nord de la gare Saint-Jean ; ceux qui reprennent, comme la poursuite de la mise à 2 × 3 voies de la rocade ouest de Bordeaux. Enfin, les chantiers qui débutent en fanfare, comme les travaux de la LGV entre Ambarès et le nord du département.

Des centaines de millions d'euros engagés. À lui seul, le pont levant représente une dépense de 160 millions d'euros ; la deuxième phase du bouchon ferroviaire, 210 millions d'euros. Ne parlons pas de la LGV… 7 milliards pour construire les 300 kilomètres entre Ambarès et Tours. 30 kilomètres de LGV en Gironde : 10 % de la dépense ?

Pont levant : dernier acte !

La mise en service du pont levant et la construction de la ligne à grande vitesse s'annoncent comme les événements phares. Si tout va bien, le pont levant qui reliera le quartier Bacalan (rive gauche) et le quartier Bastide (rive droite) sera terminé à la fin de l'année. L'un des plus grands ouvrages de ce type en Europe, Rouen étant la seule ville en France à avoir à ce jour un pont similaire.

La construction de l'ouvrage avance à pas de géant. Les pylônes et le tablier rive droite sont pratiquement terminés. Les pylônes rive gauche commencent à s'élever et les éléments métalliques du tablier (fabriqués près de Venise) arrivent actuellement par la mer. La barge qui les transporte a franchi Gibraltar cette fin de semaine. La partie mobile sera fixée au cours de l'été, et le pont probablement ouvert à la circulation en décembre.

LGV : le début

En ce qui concerne la LGV, ce sont les premiers frémissements. La base chantier « Gironde » est en cours d'aménagement à Ambarès, et Coséa, la société chargée des travaux, annonce l'arrivée des bulldozers en février. Notamment dans les zones d'implantation des gros ouvrages. Pas moins de 43 saute-mouton, ponts et viaducs en Gironde, dont le plus grand ouvrage du tracé, un pont de 1 319 mètres pour enjamber la Dordogne entre Cubzac et Saint-Vincent-de-Paul.

La deuxième tranche de travaux visant à faire sauter le bouchon ferroviaire au nord de Bordeaux va aussi entrer dans une phase active. Il s'agit du plus gros chantier ferroviaire entrepris à ce jour en zone urbaine en France pour doubler le nombre de voies sur 3,5 km (quatre au lieu de deux). On élargit pour faire passer plus de trains. Comme on va continuer d'élargir la rocade de Bordeaux pour y faire passer plus de voitures. Six voies au lieu de quatre. Cette année, les engins vont traiter un premier tronçon à hauteur de Pessac (échangeurs 15-16).

Difficile, enfin, de passer sous silence les chantiers hors infrastructures routières et ferroviaires. Comme la fin de la construction du super-auditorium de Bordeaux-Gambetta (un modèle du genre en Europe) et les travaux préparatoires à la réalisation du futur grand stade de Bordeaux-Lac (43 500 places). (Jean-Paul Vigneaud)

  • LANDES : Travaux sur 100km sur l'A63

La mise à 2 × 3 voies de la RN 10 entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne a débuté en septembre. Les travaux, sur 100 km, vont durer jusqu'à 2014, mais le gros du chantier occupera le terrain landais cette année. Au programme : mise aux normes des bandes d'arrêt d'urgence, travaux de la déviation de Labouheyre, construction des barrières de péage, rénovation des aires de repos et de service. Le long du chantier, la vitesse sera limitée à 90 km/h, à raison de portions de 6 km tous les 10 km afin de sécuriser les voies et les 800 personnes travaillant sur le projet.

  • CHARENTE : LGV, top départ

Cette nouvelle année en Charente sera marquée par le début du chantier de la LGV Tours-Bordeaux, un peu avant le printemps, sans doute en mars. Avec 97,84 km de voies à construire entre Londigny (à la limite de la Vienne) et Saint-Vallier (à la limite de la Charente-Maritime), le département est, de loin, le plus concerné par cette opération titanesque, dont les seuls travaux sont évalués à 6,2 milliards d'euros.

Au plus fort du chantier, entre la mi-2012 et la mi-2014, environ 12 000 personnes travailleront, directement ou indirectement, pour la LGV entre Tours et Bordeaux.

  • CHARENTE-MARITIME : "L'Hermione" en fête à Rochefort

À Rochefort, l'immense chantier de « L'Hermione » va bon train. Ici, chacun attend d'apercevoir le grand navire en bois qui, en 1780, permit à La Fayette de traverser l'Atlantique pour rejoindre l'Amérique. Cette reconstruction à l'identique était jusqu'alors dissimulée sous un chapiteau immense, recouvrant la forme de radoub - pour l'heure asséchée - où se trouve le bateau. Le 3 janvier, l'effeuillage a donc commencé. Il s'achèvera le 11 février, date à laquelle le chapiteau aura entièrement disparu au profit d'un chantier à ciel ouvert. Cela fait, les visites pourront reprendre.

Après avoir posé et peint la figure de proue en décembre, les artisans poursuivent leur œuvre. Ils tâcheront de la rendre élégante pour la grande fête des 6, 7 et 8 juillet, qui correspondra à la mise à l'eau de la frégate. En attendant, il s'agira de sortir le bateau de la forme de radoub Louis XV à l'occasion des festivités. Des bateaux-portes serviront à cela avant la pose des gréements. Une baignade pourra donc avoir lieu dans la Charente le 6 juillet. Elle sera de courte durée, puisque « L'Hermione » rejoindra la forme Napoléon III dès le lendemain.

Cet été, la frégate sera encore loin de sa première sortie, jusqu'à l'île d'Aix (été 2013), et des premiers essais véritables en mer (automne 2014). Enfin, mai 2015 sonnera l'heure du départ vers le grand large… Direction les côtes américaines, sur les traces de La Fayette.

Ce chantier a déjà attiré 3,4 millions de visiteurs en quinze ans. Pour la population, ainsi que pour l'équipe du chantier et les 6 000 adhérents de l'association - financeurs de ce projet -, la mise à l'eau sera un événement unique et historique, qui devrait réunir près de 60 000 visiteurs.

  • PAYS BASQUE : Le défi, sauver la plage à Bidart

Pour l'activité touristique de Bidart, commune de la Côte basque située au sud de Biarritz, l'année 2012 est importante. Elle verra se dérouler des travaux susceptibles de sauver ses plages, menacées de trois ans de fermeture à la baignade à compter de 2015. À cette date, en effet, de nouvelles normes européennes, qui abaissent notamment les seuils de concentration en Escherichia coli, entreront en vigueur.

Or, le petit fleuve Uhabia charrie vers les plages de Bidart des pollutions issues de communes situées en amont où les assainissements individuels notamment - lorsqu'ils existent - ne sont pas encore au niveau voulu. C'est pourquoi, et afin de disposer d'analyses plus présentables, un émissaire de 700 mètres qui dispersera les effluents loin des plages, un bassin de rétention de 35 000 m3 et une porte à clapet à l'embouchure du fleuve sont en cours de réalisation. Le chantier, d'un montant de 12 millions d'euros, doit impérativement être achevé le 1er juillet, date à laquelle débuteront les analyses. En attendant une action en amont de longue haleine sur la pollution du fleuve. 

  • BEARN : Médiathèque ouverte à Pau

La médiathèque intercommunale de l'agglomération paloise ouvrira ses portes en mars 2012. Elle abritera les collections de la bibliothèque du centre-ville ainsi que celles acquises depuis plusieurs années. Les médiathèques de quartier et celles des communes de l'agglo conserveront leur rôle de proximité.

150 000 documents viendront garnir les rayons d'un établissement ultramoderne aux lignes architecturales épurées, signées de l'architecte parisien Daniel Rubin. À l'intérieur, un atrium éclairé par une immense verrière desservira trois étages. La facture s'élève à 24,2 millions d'euros, dont 15,3 millions HT consacrés aux travaux. 

  • GERS : la feria sans fête ? 

L'idée trotte déjà dans la tête de tous les Gersois, et même des festayres des départements voisins : à quoi ressemblera Pentecôtavic édition 2012 ? Le référendum organisé par le maire, Michel Sanroma, en septembre dernier, et le vote de la suppression de la fête pour 2012 et 2013 par le Conseil municipal ont marqué et échauffé les esprits. Pour le moment, les manifestations taurines sont déjà au point, avec quatre corridas et une novillada mixte, mais,du côté de la fête, le doute plane.

Durant ce mois de janvier, le maire travaille avec son équipe municipale pour proposer des solutions aux Vicois. D'un autre côté, le collectif composé de 33 associations et de commerçants planche aussi sur des nouveautés. « Le maire veut une fête plus calme », explique Michel Espié, porte-parole du collectif qui rencontrera la municipalité avant la fin du mois.

Les Vicois savent que cette Pentecôte aura un goût différent de celui des éditions précédentes. Ils s'interrogent également sur le nombre de festayres qui viendront tout de même à Vic pour la première feria du Sud-Ouest.

  • LOT-ET-GARONNE : Une gare améliorée à Agen

Mardi débuteront les travaux du pôle multimodal de la gare du centre-ville d'Agen. La livraison est prévue pour fin 2013, pour un coût de 14 millions d'euros. Au menu : à l'ouest, 12 quais de bus et un garage à vélos de 50 places, une verrière dans le prolongement du bâtiment principal pour l'accueil des voyageurs, un parvis piétonnier arboré ; à l'est, une quinzaine d'arrêts minute pour les voitures de particuliers, un ascenseur pour rejoindre la passerelle de Gauja et le parking du Sernam. Aussi, les boulevards Scaliger et Sylvain-Dumont, qui longent le pôle multimodal, seront rénovés. À Villeneuve-sur-Lot, la première pierre du pôle de santé a été posée le 15 décembre. L'établissement, évalué à 130 millions d'euros et qui comprend 373 lits, doit être livré en septembre 2014.

  • DORDOGNE : Peintures itinérantes à Lascaux

Sous le titre « Lascaux, l'exposition internationale », cinq fac-similés de peintures de la plus célèbre grotte ornée du monde seront présentés en avant-première à Bordeaux, d'octobre 2012 à janvier 2013, à Cap Sciences, avant de partir vers Montréal et Chicago, puis vers l'Asie. Ils reproduisent très fidèlement les images peintes il y a 17 000 ans sur les parois de la Nef et du Puits, deux salles qui ne sont pas reproduites dans Lascaux 2.

Ces panneaux seront mis en perspective avec de nombreux éléments évoquant la grotte, les hommes de la préhistoire et les techniques de reproduction. Le tout dans une ambiance évoquant la visite d'une caverne. Une opération nommée « Lascaux 3 », lancée par le Conseil général de la Dordogne, avec la Région et l'État. Les mêmes partenaires préparent un nouveau fac-similé complet de la célèbre grotte à Montignac pour 2015.

Bordeaux · Bidart · Pau · Rochefort · Vic-Fezensac
À lire aussi
LGV : les tracés seront entérinés ce lundi
Gironde : chantiers géants en 2012
Tracé sud sous réserve

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article