Jeu vidéo : « Je déclare la guerre aux pingouins de mon fils »

Publié le 27 Février 2010

Le réseau social de Disney, 28 millions d'utilisateurs, mise sur l'addiction des enfants pour faire payer les parents.

Un pingouin du Club Penguin nanti de ses cartes d'abonnementJe suis un des 28 millions de papas victimes des pingouins. Vous ne me suivez pas ? C'est que vous n'avez pas dans votre entourage immédiat un garçon ou une fillette de 6 à 12 ans disposant d'une connexion Internet.

Ils sont 28 millions de gamins dans le monde [le site existe en anglais, français, espagnol et portugais, ndlr] à se donner rendez-vous sur le Club Pingouin, un jeu en ligne qui, à première vue, semble trop beau pour être vrai. Non-violent, convivial, éducatif, collaboratif et, l'ai-je dit ? , non-violent.

L'organisme américain Consumer Reports, très sévère, affirme d'ailleurs que de tous les jeux en ligne pour enfants, « Club Pingouin et Webkinz créent la meilleure expérience globale », y compris éducative.

Mais voilà le hic. Le jeu, création de trois Canadiens anglais et rachetée par Disney pour la modique somme de 350 millions de dollars, appâte les enfants avec moult jeux gratuits.

Le jeu devient réseau social

Essentiellement, le jeune se crée un pingouin, en prend soin, le loge, l'habille, le nourrit. Ses amis, à l'école, ont également leur pingouin. Chacun se connecte à l'autre et le jeu devient réseau social. On se donne rendez-vous, on s'échange des messages, on participe à des fêtes, on accompagne ses pingouins dans des jeux.

Jusqu'à un certain point : le point de rentabilité.

Logo_ecoles_dete_internationales-2010.jpg

Le pingouin de votre fils, voyez-vous, est victime de discrimination systémique. Il ne peut avoir certains accessoires, il ne peut entrer dans certains lieux, il ne peut jouer à certains jeux parce que l'enfant responsable du pingouin… n'a pas payé !

Oui, pas payé son abonnement de 4,95 euros par mois. D'autres, eux, ont payé. Votre enfant est nul. Son pingouin en souffre.

L'émission La Facture de Radio Canada a diffusé mardi un intéressant reportage à ce sujet, posant la question de savoir si le jeu, multinational et multilingue, contrevient à la loi québécoise qui interdit la publicité destinée aux enfants.

Mes ennemis les pingouins

Il n'y a aucun doute : le jeu, très bien fait -ce qui explique son succès phénoménal- est une longue publicité pour… lui-même. (Pour l'instant, aucun placement de produit Disney.)

La chose est choquante car elle reproduit précisément ce que la loi québécoise de 1978 a voulu bannir : des publicités ciblées vers les enfants qui, ensuite, se tournent vers les parents pour susciter un achat [les mêmes dispositions existent peu ou prou en France, ndlr].

Capture d'écran du site du Club Penguin

Le jeu doit-il être déclaré illégal [au Québec, ndlr] ? Dans sa forme actuelle, certainement (mon fils n'est pas du même avis, mais qu'il lance son propre blog ! ). Cela dit, le fait de devoir payer pour un jeu vidéo n'est pas répréhensible en soi. Disney n'est pas la Croix rouge, et de nombreux parents ne rechignent pas à l'idée d'acheter des consoles, jeux, DVDs et autres babioles électroniques.

De même, un grand nombre de jeux vidéos offrent une période d'essai, gratuite, suivi de l'obligation d'acheter si on veut continuer à y perdre son temps. Le problème du Club Pingouin est que la période d'essai est permanente, la période de vente, infinie. Plus on joue, plus on souffre de ne pas pouvoir payer.

Payer chaque mois pour conserver le « matériel » du Pingouin

Attendez, il y a pire. Vous avez cédé. Moi, j'avais conçu le projet de laisser mon fils acheter son abonnement d'un mois avec son argent de poche. C'est mon principe : il utilise son argent selon ses choix. Mais c'était avant que je lise l'étude de l'organisme américain Consumer Reports [dont le titre se traduirait en « C'est comme retirer des friandises à un bébé, Comment les jeunes enfants interagissent en ligne », ndlr].

Je savais que les gamins pouvaient acheter sur Club Pingouin des « Puffles », des animaux de compagnie dont ils s'occupent ensuite. Les enfants créent un lien affectif avec leurs petits Puffles. Mieux encore, le jeu leur indique si leur Puffle est content, triste, affamé ou s'il veut jouer.

membre1.jpgDevenus membres, ils peuvent en acheter davantage, bien les loger, leur procurer des accessoires. Et quand vous arrêtez de payer ? Votre enfant viendra, les larmes aux yeux, vous montrer le message :

« Les biens de votre Pingouin vont être entreposés et pourront être retrouvés lorsque vous reprendrez votre abonnement. »

L'étude cite cette mère affolée :

« Oh mon Dieu, aujourd'hui est le dernier jour du mois, et j'ai oublié de renouveler l'abonnement. Mon fils va me tuer si je perds tout son “matériel”. »

Elle veut dire : l'igloo que son fils a construit dans le Club Pingouin, pendant plusieurs heures -sinon jours- de jeu pour construire toutes les pièces, et les remplir des trophées qu'il s'est évertué à gagner.

Et il y a les Puffles, qui ne sont heureux que s'ils sont nourris. Qui va les nourrir ? Ils vont mourir dans l'entrepôt !

Heureusement, il y a Beyoncé

C'est une vente à crédit, donc. Et une prise d'otages. Rien ne vous appartient si vous ne faites pas tous les paiements. Mais contrairement au paiement de votre écran plasma, il n'y a pas de paiement final. Si vous voulez que votre pingouin et vos Puffles ne soient pas enfermés dans un entrepôt obscur, il faut payer les sous (la rançon ? ) pendant toute votre vie.

Heureusement que les gamins grandissent, et finissent par découvrir l'existence de Beyoncé.

La solution : imposer au jeu que l'utilisateur soit avisé au départ qu'il peut y jouer gratuitement pour un nombre donné d'heures. Au delà de quoi, si papa ou maman ne sortent pas la carte de crédit, plus de jeu. A cette condition, et à cette condition seulement, je serai prêt à faire la paix avec les pingouins.

En partenariat avec les Ecoles d'été internationales


Logo_ecoles_dete_internationales-2010_1.jpg

Ailleurs sur le Web
Le site du club Pingouin en français

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article