La charge de Bernard Laporte contre ses anciens collègues

Publié le 13 Novembre 2009

L'ancien secrétaire d'Etat aux Sports sort un livre jeudi, dans lequel plusieurs ministres (Kouchner, Dati) ainsi que les députés en prennent pour leur grade.

243 réactions

 

Bernard Laporte

Bernard Laporte (AFP Gerard Cerles)

L'ancien secrétaire d'Etat aux Sports Bernard Laporte règle ses comptes avec les responsables politiques «grossiers, lâches et étroits d'esprit» qui l'ont «méprisé» pendant son passage au gouvernement, dans un livre "Un bleu en politique", dont Le Parisien-Aujourd'hui en France publie mercredi des extraits.

«Ce que certains ne supportent pas, c'est que je n'appartiens pas à leur monde. A leurs yeux je suis un parachuté, un gars coopté qui n'a aucun mérite», écrit Bernard Laporte qui dénonce ces «médiocres, ces gens lâches, étroits d'esprit et de privilèges».

Il s'en prend en particulier à la «condescendance» du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner auquel il reproche de ne lui avoir «jamais serré la main pour lui dire bonjour».

«Mon accent du Sud-Ouest me rend illégitime», remarque Laporte, qui dit avoir trouvé l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati «fausse» pour avoir «manqué de solidarité» à son égard au moment où il a démenti être le père de son enfant.

Candidat aux régionales?

Quant aux députés, il leur reproche de «beugler à qui mieux mieux», et se dit «écoeuré» par le «cirque» qu'est à ses yeux l'Assemblée nationale.

Dans un entretien parallèle au Parisien-Aujourd'hui en France, Bernard Laporte annonce qu'il va «discuter en fin de semaine avec Xavier Bertrand», le secrétaire général de l'UMP, d'une éventuelle candidature aux régionales en Ile-de-France. «Ce n'est pas fait du tout», précise-t-il.

S'il serait bien resté au ministère «un an, voire un an et demi de plus», il assure que Nicolas Sarkozy «reste» son «ami». Il dit aussi son appréciation des «mecs extraordinaires» que sont pour lui «Xavier Bertrand, Hubert Falco ou encore Eric Besson».

Et il apporte son soutien à Rama Yade qui lui a succédé, sur le dossier controversé du Droit à l'image collective (DIC).


Source AFP et Liberation.fr

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article