La gauche au pouvoir ? Des conséquences comparables "à une guerre", selon Accoyer

Publié le 11 Janvier 2012

Auteur  Mathieu Hervé, SudOuest.fr 8 commentaire(s)

La gauche au pouvoir ? Des conséquences comparables "à une guerre", selon Accoyer

[VIDEOS] Chars russes, "collectivisation" des biens, chaise vide : depuis 30 ans, la droite joue le jeu de la dramatisation lorsque la gauche touche au pouvoir. Retour sur ses plus belles histoires

Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale (PHOTO MAXPPP)

Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale (PHOTO MAXPPP)

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a déclaré ce mercredi, lors de ses vœux à Paris, qu'une alternance à gauche dans trois mois entraînerait des "conséquences économiques et sociales" qui pourraient être comparables "à une guerre".

"Ne nous y trompons pas: si nous ratons ce rendez-vous de la responsabilité et du courage, les conséquences économiques et sociales pourraient être comparables à celles provoquées par une guerre", est la déclaration exacte. "2012 sera une année de vérité"

 

Après ses déclarations légèrement intempestives et les nombreuses réactions à gauche, Bernard Accoyer s'est empressé de nuancer sur Twitter. Bernard Accoyer a affirmé que ses "propos avaient été tronqués ou déformés".

Précision imp. 2 : C'est en cas d'inaction et d’absence de prise de responsabilité q les conséquences éco et soc pourraient être dramatiques

 

Précision imp. 1: l’extrait concerné fait état d’une analyse qui a vocation à s’appliquer quelle que soit la majorité qui sera en place

Une telle dramatisation est une habitude depuis 1981. Chars russes, collectivisation, chaise vide : rappel des plus belles histoires de la droite quand la gauche arrive au pouvoir .

  • L'histoire des "Chars russes".

Des chars soviétiques aux portes de Paris (ou à la frontière, selon les variantes), attendant de prendre le pouvoir et de défiler en triomphe dans les rues de Paris dès l'élection des socialistes... C'était la grande rumeur, relayée par la droite dès 1968. Elle a circulé en période électorale durant les années 70 et a été vraiment popularisée par Jean d'Ormesson en 1981 dans Le Figaro, dixit Hervé Bourhis auteur du « Petit livre de la cinquième République », chez Dargaud).

  • L'histoire de la "collectivisation"

Collectivisation, ça sonne comme le pouvoir aux Soviets. C'est le but. En 1981, entre les deux tours de l'élection, l'UDF Michel Pinton explique calmement que "la voie est ouverte à un gouvernement collectiviste"... En fait de collectivisation, on parlera de nationalisations d'entreprises...

 

  •  L'histoire de la fuite des capitaux

Là, ce n'est pas une hypothèse, c'est une réalité historique, liée à la peur du scénario décrit plus haut par Michel Pinton. Les notables "traversaient la frontière la peur au ventre, des Français apeurés qui considéraient que c’était ce qu’il fallait faire pour sauver leurs économies. Ils se disaient que, François Mitterrand au pouvoir, tout allait être nationalisé et qu’ils seraient spoliés. La Suisse était souriante et rayonnante. C’était inespéré, tout cet argent frais qui arrivait dans les banques", raconte l'avocat genevois Douglas Hornung dans un Hors-série des Inrocks.

  • L'histoire de la chaise vide

C'est la mise en scène choisie par Valéry Giscard d'Estaing, au moment de céder le poste de Président de la république à François Mitterrand. "Bonne chance du fond du cœur, sans amertume..."

Le téléspectateur-électeur est abandonné devant le plan-fixe d'une chaise vide. Sans amertume.

 

politique · Présidentielle 2012
À lire aussi
Quotient familial: Nadine Morano, artilleuse en chef de la riposte de l'UMP
Quotient familial : "l'UMP n'a pas le choix de sa campagne" répond le PS
Fillon accuse Hollande de "diabolisation infantile"
Présidentielle : l'écart se resserre entre Hollande et Sarkozy
[VIDEO] François Hollande réagit au "sale mec" : "ça suffit les polémiques"
Bernadette Chirac juge Hollande "courtois" mais tient "à dire" qu'elle votera Sarkozy

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article