Le département aime les énergies marines

Publié le 15 Janvier 2012

Auteur sudouest.fr

La communauté de communes de Bourg profite de Thétis pour présenter un projet.

Les professionnels des hydroliennes au salon Thétis.

Les professionnels des hydroliennes au salon Thétis. (photo f. c.)

Bordeaux, capitale des énergies maritimes renouvelables. Le dire n'est pas jouer au fanfaron. Au Hangar 14, sont vraiment réunis des représentants de tous les maillons de la chaîne : des investisseurs, des développeurs de machines, des porteurs de projets. Avec de belles « références » en vedette pour ne citer qu'Areva ou Bauer.

La convention Thétis EMR créée en Gironde et appelée à tourner dorénavant au niveau international, réunit 78 exposants et va accueillir un millier de professionnels de la filière. 85 % de Français, 15 % d'étrangers. Des Écossais, Indiens, Québécois, Finlandais, Hollandais, Anglais…

 

Marc Lafosse et Jérome Cougoule, les deux ingénieurs-océanographes bordelais (fondateurs d'Energie de la Lune) sans qui cet événement n'aurait jamais vu le jour pouvaient donc avoir le sourire hier matin. Un vrai succès. C'est aussi une tribune unique pour démontrer que la Gironde joue à fond la carte des énergies renouvelables, avec une petite préférence pour les énergies marines.

Pas seulement des projets

Hier, devant un parterre de 300 professionnels, Marc Lafosse a profité de l'occasion pour annoncer que Bordeaux allait abriter le 1er site expérimental national pour l'essai et l'optimisation d'hydrolienne (notre édition d'hier). Sur aucun autre fleuve de la planète, il n'existe un tel centre d'essais. Une action inscrite au programme de France Énergies Marines.

Bordeaux a été la première ville aussi à investir dans une hydrolienne et demeure la première ville européenne à avoir en projet la création d'une ferme d'hydroliennes fluviales. Un ensemble de 40 turbines dans la Garonne pour produire 20 % de l'éclairage public. Dans le salon, une maquette illustre ce projet : des hydroliennes sous le pont de pierre. Cette maquette a été réalisée par les élèves de l'atelier « Les experts de l'environnement » du collège de Podensac. Deux arches du pont parfaitement reproduites, de l'eau, une turbine entraînée par un très fort courant et de l'électricité en continu pour alimenter les lampadaires de l'ouvrage.

Cette maquette a obtenu le 1er prix du jury à Exposciences Aquitaine et a été exposée à Expo Sciences internationale en juillet dernier à Bratislava en Slovaquie.

Sur la Dordogne à Bourg

Autre stand, autre projet girondin : celui de la Communauté de communes du Pays de Bourg. « Au départ, notre intention était d'installer une simple hydrolienne sous un ponton, un peu comme celle de Bordeaux », explique Angélique Bernard chargée du dossier à la Cdc. « Les possibilités paraissant plus grandes, notre projet prend de l'ampleur. Plusieurs hydroliennes pourraient être positionnées dans la Dordogne ou en bordure d'estuaire, ce qui permettrait aux communes de produire une partie de leur électricité. »

Avec l'aide des collectivités, la Cdc a déjà investi 26 000 euros pour l'étude de faisabilité. « Les premières analyses menées par Énergie de la Lune, notamment celles liées à la courantologie, sont très positives », révèle Jean Roux, maire de Pugnac, vice-président de la Cdc. « Cela nous encourage à voir plus grand. Il faut toutefois trouver des investisseurs. »

Un appel indirect aux sociétés présentes à Thétis ? Parmi elles, figurent en effet des entreprises capables d'apporter leur savoir-faire et du même coup le financement.

Jean-Paul Vigneaud

Gironde · Bourg

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article