Le "grand frère" Abou Dhabi protège Dubaï

Publié le 27 Novembre 2009

Dubaï semble à l'abri de la faillite, derrière son "frère" protecteur : Abou Dhabi. "Jamais Abou Dhabi ne laissera tomber le fils prodigue", estime un analyste. "Un effondrement de Dubaï affecterait Abou Dhabi", note un autre.

Dubaï (Reuters)

Dubaï (Reuters)

Dubaï devrait éviter la faillite grâce au soutien de son riche voisin, l'Emirat pétrolier d'Abou Dhabi, mais il sortira durablement affaibli de l'épreuve, estiment les analystes. "Dubaï en tant qu'Etat souverain n'est pas exposé à une faillite, car il jouit du soutien d'Abou Dhabi", capitale de la Fédération des Emirats arabes unis, explique Pascal Devaux, économiste de BNP Paribas spécialiste des risques au Moyen-Orient.
Les grandes places boursières internationales ont plongé jeudi, au lendemain de l'annonce de l'intention de Dubaï de demander aux créanciers de son plus grand conglomérat de surseoir de six mois au paiement de sa dette. Mais, il estime que la révélation de sa fragilité financière pourrait donner à Abou Dhabi "l'occasion de reprendre la main sur les émirats à la faveur de cette crise".

"Jamais Abou Dhabi ne laissera tomber le fils prodigue"


Capitale économique des Emirats, Dubaï fait de l'ombre à Abou Dhabi, qui produit plus de 90% du pétrole des Emirats, alors que les réserves d'or noir de Dubaï sont quasiment à sec. C'est Abou Dhabi qui est venu à la rescousse de l'émirat, lequel s'est lancé depuis quelques années dans des projets pharaoniques, se retrouvant lourdement endetté. "Jamais Abou Dhabi ne laissera tomber le fils prodigue même s'il ne cesse d'en critiquer l'exhubérance et les excès", indique à l'AFP un spécialiste de la finance islamique à Paris, sous couvert d'anonymat.
Mercredi, le gouvernement de Dubaï a annoncé avoir levé cinq milliards de dollars au titre de son programme de 20 milliards de dollars de bons du trésor lancé en début d'année pour faire face à ses engagements financiers. Les cinq milliards ont été souscrits à parité par deux banques basées à Abou Dhabi : la National Bank of Abu Dhabi et Al Hilal Bank, une grande banque islamique. Ces deux banques relèvent de l'Abu Dhabi Investment Council, un organisme du gouvernement de l'émirat d'Abou Dhabi, le plus riche des sept membres de la Fédération. Une première tranche de 10 milliards de dollars avait été souscrite en février par la Banque centrale des Emirats arabes unis contrôlée par Abou Dhabi.

Une dette totale de 80 milliards de dollars


"Abou Dhabi ne peut se permettre l'effondrement de Dubaï. Il peut permettre l'affaiblissement de l'émirat, dans le cadre de la concurrence entre eux, mais un effondrement de Dubaï affecterait Abou Dhabi", souligne Ibrahim Khayat, un analyste basé à Dubaï. Il estime que Dubaï "va regagner sa solvabilité financière en échange d'une solution qui le forcera à renoncer à une partie de ses avoirs en faveur d'Abou Dhabi". "Dubai pourra sortir de la crise d'ici deux ans, cependant le contrôle de ses ressources sera partiellement partagé avec Abou Dhabi", ajoute-t-il.
Le souverain de Dubaï, cheikh Mohammad Ben Rached Al-Maktoum, également Premier ministre des Emirats, avait assuré début novembre que l'émirat allait poursuivre ses ambitieux projets de développement et qu'il honorerait ses dettes dans un proche avenir. La dette totale de Dubaï était estimée à 80 milliards de dollars en 2008. Dubaï devrait régler 13 milliards de dollars de dettes en 2010 et 19,5 milliards en 2011.
Des questions entourent cependant l'enveloppe de 5 milliards débloquée par Abou Dhabi, puisque Dubaï a affirmé qu'elle ne serait pas utilisée pour soutenir Dubai World. "On peut penser qu'Abou Dhabi savait ce qui allait arriver à Dubaï World", juge un autre économiste sous couvert de l'anonymat, notant que la grande inconnue est de savoir jusqu'où Abou Dhabi est prêt à aller pour aider son voisin.


Source Nouvelobs.com avec AFP

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article