Le Grand rabbin de France contraint à la démission

Publié le 12 Avril 2013

 

 

Gilles Bernheim a demandé sa "mise en congé" avec effet immédiat de ses fonctions de Grand rabbin de France, a annoncé jeudi le vice-président du Consistoire. Il avait reconnu auparavant avoir plagié divers auteurs et s'être prévalu d'une agrégation de philosophie, qu'il n'avait pas.


Gilles bernheim

Gilles Bernheim n'est plus Grand rabbin de France. (MaxPPP)

 

Un mensonge l'a forcé à démissionner. Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a demandé sa "mise en congé" avec effet immédiat de ses fonctions, a annoncé jeudi le vice-président du Consistoire, Elie Korchia, à l'issue d'un conseil exceptionnel qui s'est déroulé en milieu de journée à Paris. Cette réunion de crise est due à la polémique qui entoure son dernier livre Quarante méditations juives.

Dans l'ouvrage, il copie des passages écrits par d'autres auteurs : le philosophe Jean-François Lyotard, Elie Wiesel, Jean-Marie Domenach et bien d'autres. Il avait d'abord nié ces emprunts, avant de les reconnaître. Puis l'affaire avait pris un nouveau tour quand L'Express avait révélé qu'il se prévalait du titre d'agrégé en philosophie, sans apparaître dans aucune des listes de reçus au concours. Là aussi, il avait affirmé ne jamais s'être prétendu d'un tel titre.

"Une solution qui apporte plus de sérénité"

Mardi soir, il annonçait qu'il excluait de démissionner, considérant qu'il s'agirait d'une "désertion". Le Consistoire central israélite avait convoqué un conseil exceptionnel d'une trentaine de membres. Avant la réunion, le Grand rabbin s'est entretenu en tête-à-tête avec le président du Consistoire, Joël Mergui, avant de se présenter devant l'assemblée. "Il a reconnu ses fautes, demandé pardon et donné des explications. Il a accepté la mise en congé de ses fonctions de Grand rabbin", a précisé à l'AFP Sammy Ghozlan, vice-président du Consistoire à l'issue de la réunion, sans autre précision sur le calendrier à venir pour l'élection de son successeur. Cette solution a émergé "de sa discussion avec le président" Joël Mergui, a précisé Sammy Ghozlan.

"C'est une solution qui apporte plus de sérénité. On était tous d'accord", a-t-il commenté, précisant que toutes les prérogatives de Gilles Berheim "vont être assurées par un intérim qui sera désigné dans la semaine par le président du Consistoire". "C'était la bonne décision. Tout le monde s'est rangé à cette solution, ça protège l'homme d'abord, ensuite ça protège la fonction et le Consistoire", a commenté de son côté Jacques-Hubert Gahnassia, président de la synagogue de la rue Vauquelin à Paris.

Auteur V.V.  - leJDD.fr  lire sur lejdd.fr l'article

jeudi 11 avril 2013

 

Réactions à l'article

1

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un message

Les plus populaires Les plus récents Les plus anciens  

> Suivez l'info du JDD en continu sur , et réagissez sur

Plus d'Actualité

Rédigé par

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article