Le président de la Cimade bloqué à l'entrée d'un centre de rétention

Publié le 30 Décembre 2009

Samedi 26 décembre, Patrick Peugeot, le président de la Cimade, est resté à la porte du centre de rétention de Hendaye, dans les Pyrénées-atlantiques.


C'est la première fois qu'on lui refuse l'accès en CRA depuis le début de son mandat en 2006.

Alors qu'il visite plusieurs centres par an, à raison d'une visite tous les deux mois environ, le lendemain de Noël, Patrick Peugeot a trouvé porte close lorsqu'il s'est présenté à l'entrée du CRA de Hendaye, pensant que l'autorisation implicite avait été accordée.

La Cimade à Bayonne affirme que c'est révélateur du climat local. Au niveau national, on s'étonne aussi. A l'association qui conservera au 1er janvier 2010 une partie de ses missions d'assistance aux migrants en rétention en dépit de l'appel d'offre imposé par le gouvernement, Damien Nantes avait organisé cette visite de Patrick Peugeot depuis Paris :

« Bien sûr, Patrick n'est pas sur le listing des membres locaux de la Cimade qui sont habilités à entrer dans le centre. Mais, ailleurs, nous n'avons jamais essuyé de refus des préfectures pour obtenir une autorisation temporaire. »

Réponse contestée de la préfecture

Contactée par Rue89, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques jure ses grands dieux que « ça n'a rien à voir avec la personne de Patrick Peugeot » :

« Ce n'est pas la Cimade qui est visée, ni son président. C'est simplement que le centre n'est pas ouvert le samedi et qu'on n'autorise pas de visites ce jour-là. Jamais le week-end ! »

La préfecture argue en outre qu'aucune permanence n'était prévue ce jour-là.

Problème : la Cimade affirme que c'est entièrement faux. Dans ce petit centre d'une trentaine de places, l'association n'a qu'un salarié permanent. Mais plusieurs bénévoles, qui jouissent d'une habilitation en bonne et due forme, sont autorisés à pénétrer dans le CRA. Y compris les week-ends et y compris ce samedi-là, soutient Damien Nantes, responsable du dossier rétention à la Cimade.

« Nous faisons partout des interventions régulières le week-end »

Précision de Damien Nantes en réponse à la Préfecture :

« Ce samedi 26 décembre, Patrick Peugeot était accompagné d'un de ces bénévoles, qui a l'habitude de visiter le centre le week-end. Sinon, on n'aurait évidemment pas organisé une visite dans un centre.

Et qu'est-ce que ça peut vouloir dire, un centre fermé le week-end ? C'est n'importe quoi : nous faisons partout des interventions régulières le week-end. Idem pour les visites des familles. »

Le service communication de la préfecture des Pyrénées-atlantiques a accepté de transmettre à Rue89 le courrier par lequel le préfet Rey a refusé l'accès à Patrick Peugeot. Vous pouvez en consulter un extrait ici.

 

Article mis à jour le 29/12 à 16h10 après réception du courrier de la Préfecture.

Ailleurs sur le Web
Source Rue89.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article