Le torchon brûle entre le député et sa suppléante ( Noël Mamère )

Publié le 15 Février 2010

POLITIQUE. La socialiste Naïma Charaï suppléante de Noël Mamère (Vert) est vent debout contre les déclarations de son député à son propos lors d'un débat sur la burqa

Noël Mamère se dit blessé d'être comparé à Nicolas Sarkozy par sa suppléante. (photos Archives « So »)
Noël Mamère se dit blessé d'être comparé à Nicolas Sarkozy par sa suppléante. (photos Archives « So »)
Noël Mamère se dit blessé d'être comparé à Nicolas Sarkozy par sa suppléante. (photos Archives « So »)
Noël Mamère se dit blessé d'être comparé à Nicolas Sarkozy par sa suppléante. (photos Archives « So »)

«Féministe, laïque et socialiste, je refuse que ma voix soit portée par celle d'un homme même quand il s'agit de Noël Mamère. » Grosse colère de Naïma Charaï, suppléante du député maire de Bègles et conseillère régionale PS sortante. L'objet de son courroux : les déclarations de "son" député lors d'un débat sur la chaîne parlementaire (1) consacré à la burqa. Noël Mamère s'adresse à Bernard Debré (UMP), son contradicteur : « Moi aussi, je connais des musulmans. J'ai même une suppléante musulmane, elle ne veut pas de loi parce qu'elle dit, comme je le dis, qu'une loi sur la burqa est une manière de stigmatiser sa religion ».

Dérapage

La phrase a eu le don de hérisser Naïma Charaï : « Militante féministe, laïque, je n'accepte pas que mon député titulaire me présente comme une élue musulmane, je considère que les propos qu'il a tenus dans cette émission sont du même ordre que le dérapage de Nicolas Sarkozy lorsqu'il présentait un préfet comme muslman ». Elle va plus loin : « Je considère que la religion relève du privé d'autant plus quand on est élu dans une république laïque ».

Les divergences ne s'arrêtent pas là. Naïma Charaï est favorable à une loi sur l'interdiction de la burqa, nageant ainsi à contre-courant dans son propre parti : « Je ne m'ensuis jamais cachée. Le voile intégral est pour moi l'étendard d'une idéologie sectaire et intégriste, attentatoire à la dignité humaine. Il heurte les valeurs républicaines. Il véhicule une conception de l'être humain qui ne saurait être tolérée. Peu nous importe que celui-ci se revendique à tort ou à raison de telle ou telle pratique religieuse ; peu importe que certaines femmes affirment le porter librement. Nul ne peut consentir à sa propre dégradation, et nul républicain ne saurait baisser les bras et abandonner le terrain à ceux qui remettent en cause l'égalité des droits. »

On est loin des positions de Noël Mamère qui s'oppose à une loi sur le sujet. Et sa suppléante de conclure : « Je demande à Noël Mamère de retirer ses propos et l'invite à ne plus parler à ma place ».

Mamère « blessé »

Hier soir, Noël Mamère qualifiait la réaction de sa suppléante « disproportionnée ». Mais précise : « Une loi sur la burqa est inapplicable et il existe aujourd'hui un arsenal juridique suffisant. Je tombe de l'armoire quand j'apprends que Naïma Charaï est favorable à une loi. Je l'apprends aujourd'hui. Je fais donc amende honorable ». Mais d'ajouter : « Me comparer à Nicolas Sarkozy est outrancier quand on connaît mes engagements. Et les outrances me blessent. »

Hier soir, ce que les deux têtes du ticket ayant remporté la troisième circonscription lors des dernières législatives partageaient encore, était un agacement réciproque : « Une réaction comme celle-ci mériterait que l'on s'en explique avant. Elle a franchi la ligne jaune, à elle d'en tirer les conséquences », estime Noël Mamère. Naïma Charaï confiait pour sa part ne pas envisager de démissionner de son poste de suppléante. Ambiance.


(1) L'émission Pile ou Face a été diffusée sur la chaîne parlementaire le 28 janvier (l'extrait en question arrive à la 14ème minute du débat sur http://www.bordeaux-service.com/info.html)   ....................

.......................... lire la suite del'article sur sudouest.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article