Les 18-25 ans les plus touchés par la pauvreté, selon le Secours catholique

Publié le 9 Novembre 2011

Aujourd'hui, près d'un jeune sur cinq est concerné par la pauvreté selon l'association. "Le passage du jeune à l'âge adulte est devenu plus difficile"

Antenne du secours catholique à Pau. (photo d'illustration Guillaume Bonnaud)

Antenne du secours catholique à Pau. (photo d'illustration Guillaume Bonnaud)


Près d'un jeune sur cinq est concerné par la pauvreté, selon Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours catholique. Selon le rapport annuel 2010 de l'association, les 18-25 ans représentent 12% des bénéficiaires, une proportion plus importante que dans la population française (près de 10%).

Les jeunes de 18 à 25 ans "sont aujourd'hui les plus touchés par la pauvreté, bien plus que les personnes âgées", affirme aussi Bernard Thibaud. "Le passage du jeune à l'âge adulte est devenu plus difficile car les trois facteurs qui soutenaient son autonomie (la famille, l'emploi, le logement) sont fragilisés".

"La pauvreté croissante des jeunes est d'abord liée à la pauvreté des familles", explique-t-il. "La prise en charge (des enfants par les familles) pèse lourdement sur le budget quand elles ne perçoivent plus d'allocations familiales pour eux".

Plus d'un tiers de ces jeunes (36,1%) vit dans des "substituts de logement" (hôtel, amis, centre d'hébergement, abris de fortune, caravane...). Peu accèdent à des logement sociaux.

Ils rencontrent "de vraies difficultés à stabiliser leur vie professionnelle", ont peu de ressources (784 euros/mois en moyenne) et des contrats de travail précaires, insiste le Secours catholique qui préconise la création d'une allocation de soutien à l'autonomie des jeunes et l'extension du RSA "activité" (qui vient s'ajouter à un petit salaire) dès 18 ans.

En 2010, près d'1,5 million de personnes ont bénéficié de l'aide de l'association (+2,3% par rapport à 2009).

Malgré une hausse du niveau de vie moyen des ménages accueillis par le Secours catholique (576 euros en 2010, +5% par rapport de 2009), cela "n'est pas suffisant pour qu'ils puissent sortir de l'extrême pauvreté. Plus de 90% des ménages rencontrés vivent au dessous du seuil de pauvreté (954 euros pour une personne seule, selon l'Insee en 2009)", note le rapport.  lire l'article sur sudouest.fr

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article