Les prix augmentent, le Livret A stagne

Publié le 13 Janvier 2012

Auteur bernard BROUSTET   2 commentaire(s)

Malgré une inflation de 2,5 % l'an dernier, le gouvernement maintient le taux du Livret A à 2,25 %.

Le prix du carburant a augmenté de 10,3 % en un an.

Le prix du carburant a augmenté de 10,3 % en un an. (photo l. theillet)

L'année 2011 a été plutôt moyenne, en termes de stabilité des prix (+ 2,5 %). Et le millésime 2012 ne démarre pas sur les chapeaux de roue pour les détenteurs de Livret A : le gouvernement a décidé d'en laisser le taux inchangé à 2,25 %, alors qu'il aurait pu le relever, précisément du fait de l'inflation.

Confrontée, comme la plupart des autres pays européens (Allemagne et quelques autres mis à part), à un ralentissement de la croissance et à un risque de récession, la France ne bénéficie pas pour autant de la stabilité des prix qui va souvent de pair avec ce contexte d'activité en demi-teinte.

 

Les chiffres publiés hier par l'Insee sont sans équivoque : la hausse des prix a connu une accélération sur l'ensemble du dernier trimestre (+ 0,9 %), et notamment en décembre (+ 4 %). Pour l'ensemble de l'année, l'évolution du coût de la vie s'établit ainsi à + 2,5 %, contre + 1,7 % en Aquitaine.

Dans cette relative valse des étiquettes, l'énergie porte évidemment une lourde part de responsabilité. De fin 2010 à fin 2011, le prix du gaz a augmenté de 6 % - et ce n'est pas fini. Pour l'électricité, la hausse moyenne est de 6,1 %. Quant au fioul domestique, il bondit (+ 17,6 %), devançant les carburants automobiles (+ 10,3 %) dont le poids s'est encore singulièrement alourdi cette année dans le budget des ménages.

Mais ceux-ci ne sont pas seulement pénalisés par les effets directs et indirects de la flambée du pétrole brut. Car l'année 2011 a également été marquée par l'augmentation assez sensible du coût du panier de la ménagère.

Si l'on met à part les produits frais (poissons, légumes, etc.) sensibles aux aléas climatiques, d'autres grandes familles d'aliments subissent une hausse, certes moins accusée que celle de l'énergie, mais tout de même significative. D'une fin d'année à l'autre, le pain et les céréales ont enchéri de 3 %. Fin 2011, la viande valait au détail 3,3 % de plus qu'un an avant. L'ensemble lait, fromages et œufs a augmenté de 3,5 %. La hausse est encore plus spectaculaire pour le poste huiles et graisses (+ 7,9 %), tandis que le café explose (+ 16,6 %).

Matières premières en hausse

Si les prix alimentaires connaissent ce dérapage plus ou moins accentué, c'est dans une large mesure du fait de l'évolution du cours des matières premières (céréales, oléagineux, etc.). Pour la plupart d'entre elles, les records de la période 2007-2008 n'ont pas été atteints. Mais, après une dégringolade due à la crise de 2008-2009, les mouvements haussiers ont repris. Souvent accentuée par des phénomènes climatiques, cette évolution s'explique notamment par la hausse de la demande dans les pays émergents comme la Chine, ainsi que pour certaines cultures (maïs, etc.) par le développement des agrocarburants.

Dans ce contexte, le taux du Livret A, dont l'évolution de l'inflation est un des principaux paramètres, aurait dû en principe passer de 2,25 à 2,75 %. Mais le gouvernement, s'appuyant sur des dispositions législatives qui lui donnent la possibilité de ne pas faire varier le taux en cas de « circonstances exceptionnelles », a décidé de le maintenir à 2,25 %. Une bonne affaire pour le logement social, dont le Livret A est la principale source de financement. Une bonne affaire aussi pour les banques, qui gardent par-devers elles une partie du produit de la collecte et qui alignent le taux de leur livret de développement durable sur celui du Livret A.

...... lire la suirte de l'article de bernard Broustet sur sudouest.fr

environnement
 
 
 

 

 

 
Vos commentaires 2
 
coco49
13/01/2012, à 14h57 Alertez
« compte tenu des perspectives de baisse de l'inflation, afin d’éviter une volatilité excessive du taux du livret A »voila ce que je viens de lire .L inflation va baisser alors que l on nous promets avant fin fevrier la tva csociale cad une augmentation dela TVA de 19 a 24%
 
 
coco49
13/01/2012, à 14h41 Alertez

c est ecoeurant ,en pleine crise le taux du livret a déjà été ramené a 1,25% par sarko et maintenant il a trouvé une solution pour ne pas respecter la loi qui dit que le livret A est indexé automatiquement un demi point au dessus de l inflation . "dispositions législatives qui lui donnent la possibilité de ne pas faire varier le taux en cas de « circonstances exceptionnelles », a décidé de le maintenir à 2,25 %" après le livret A ce seront les retraites qui ne seront pas augmentées car indexé elles aussi sur le taux de l inflation ,la taxe TV est indexé sur l inflation depuis 2008 et je pense y restera .quelles sont les circonstances exceptionnelles nouvelles autres que celles que nous subissons depuis 5 ans? justifiez vous !

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article