Margaret Thatcher, irascible amatrice de whisky

Publié le 1 Janvier 2010

Des archives officielles des premiers mois de la «Dame de fer» à Downing Street sont déclassifiées ce mercredi. De quoi en connaître un peu plus sur la personnalité de l'ancienne Premier ministre.

83 réactions

 

Un portrait de Margaret Thatcher à Londres en 1979

Un portrait de Margaret Thatcher à Londres en 1979 (Photo AFP)

Exigeante, irascible et ayant un goût certain pour le whisky: tel est le portrait de l'ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher émergeant d'archives officielles déclassifiées mercredi et couvrant ses premiers mois à Downing Street.

Ces documents indiquent aussi comment Margaret Thatcher a refusé une garde composée de 20 «filles karatéka» quand elle a visité le Japon après son élection en mai 1979, ou encore comment le personnel consulaire a dû lui avancer de l'argent pour des frais personnels au cours d'une visite en France la même année.

Son impatience à l'encontre des bourdes de ses ministres ou des fonctionnaires de Downing Street est aussi mise à nu dans une série d'annotations laconiques griffonnées sur des documents. En juin 1979, un mois après être devenue la première femme à diriger le gouvernement britannique, la «Dame de fer» s'envole pour le Japon, afin d'assister au Sommet économique de Tokyo.

Les responsables britanniques ont vent du projet du gouvernement japonais de faire accompagner Maggie Thatcher d'une escorte composée de 20 «filles karatéka». Mais celle-ci oppose un refus sans appel.

«Si d'autres chefs de délégation, se voyaient par exemple assignés 20 karatéka messieurs, le Premier ministre n'y verrait aucune objection; mais elle ne souhaite pas de traitement particulier», explique un message interne au Foreign Office.

Sévère avec ses ministres

Des archives sur son voyage en France en juin 1979, afin d'y rencontrer le président Valery Giscard d'Estaing, montrent comment des membres de l'ambassade ont dû lui faire l'avance de ses dépenses en duty-free. Ils ont ensuite été contraints de réclamer plusieurs fois leur dû auprès de Downing Street.

Une facture établit la liste des petits plaisirs qu'elle s'était accordés à cette occasion: une bouteille de whisky Teacher's, sa boisson préférée; une bouteille de gin, un alcool très apprécié de son époux Denis; et 200 cigarettes Benson and Hedges, soit une facture de 65,10 francs, en son nom et celui d'un haut responsable de Downing Street.

Ces documents, déclassifiés après une période de 30 ans, témoignent aussi de la tendance de Margaret Thatcher à annoter tout ce qui lui tombe sous la main, n'hésitant pas à corriger ou à tancer ses propres ministres.

«C'est un très mauvais texte et nous pouvons seulement supposer, pour être charitable, que le Trésor est "occupé à autre chose"», écrivait-elle ainsi sur un document rédigé par son Chancelier de l'échiquier Geoffrey Howe.

 

Source AFPet Liberation.fr

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article