Nathalie Arthaud : « Mélenchon se prépare à gouverner avec le PS »

Publié le 30 Janvier 2012

Augustin Scalbert | Journaliste Rue89

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière à la présidentielle, est l'invitée ce dimanche à 19h de l'émission « Ça fait débat » sur la radio Générations FM (88.2 Mhz à Paris), en partenariat avec Rue89.


Logo de Générations (DR)

Elle est interviewée par Adile Farquane (Générations FM) et Augustin Scalbert (Rue89).

Pendant l'enregistrement, Nathalie Arthaud a donné son avis sur l'omniprésence d'Arlette Laguiller, la candidate de son parti lors des six dernières présidentielles (de 1974 à 2007), sur son matériel de campagne – on voit son nom à la fois sur ses affiches de meetings et à la Une de « Lutte Ouvrière », le journal du parti.

Nathalie Arthaud n'y voit pas de problème, heureuse de bénéficier du « crédit » d'Arlette. Interrogée sur les autres candidatures « à la gauche de la gauche », la candidate reconnaît que le NPA de Philippe Poutou est le plus proche de LO – mais elle est « la seule candidate communiste ».

Quant à Jean-Luc Mélenchon, pour elle, ça ne fait pas un pli :

« Il se prépare à gouverner dans la majorité socialiste. »

« J'en appelle à des luttes puissantes »


Nathalie Arthaud, candidate LO à la présidentielle (Fepasma/Wikimedia Commons/CC)

La candidate a décliné son programme, et notamment sa mesure-phare : l'interdiction des licenciements, ce qui « serait bien vu des petites entreprises », assure-t-elle.

Pour Nathalie Arthaud, le patronnat n'est pas assez mis à contribution :

« Les caisses de l'Etat sont vides, pas celles du patronnat. Les dégâts de la crise sont payés par ceux qui n'y sont pour rien. Les responsables – les patrons, les grandes fortunes –, en sortent indemnes.

J'en appelle à des luttes puissantes, à une explosion sociale comme en 36 ou en 68. »

En 2007, son parti avait appelé à voter Ségolène Royal au second tour. A entendre Nathalie Arthaud, ce ne sera pas le cas pour François Hollande cette année :

« Ce n'est pas parce que nous combattons Sarkozy que nous allons tomber dans les bras de Hollande. »

De 19h30 à 20h, le débat continue autour d'Adile Farquane avec Aziz Senni, entrepreneur et porte parole de Hervé Morin, Jean-Claude Tchicaya sociologue et acteur associatif, et Jean-François Martin, Conseiller de Paris et directeur de la communication de François Bayrou. Les sujets de la semaine : l'annonce du projet de François Hollande et le débat télévisé Hollande-Juppé sur France 2.

MERCI RIVERAINS ! Lem87

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article