Nicolas Sarkozy à Bordeaux : la traque de l’homme invisible

Publié le 22 Novembre 2012

Publié le 22/11/2012 à 13h48 | Mise à jour : 22/11/2012 à 14h55
Auteur Jefferson Desport, Sudouest.fr

commentaire(s)

40

 

A la mi-journée, aucune photo de Nicolas Sarkozy n'a pu être prise. Ni à sa descente d'avion et encore moins à son arrivée au tribunal. Sur le plan de l'image, il a atteint son but

Selon toutes vraisemblances, Nicolas Sarkozy est arrivé au Palais de justice de Bordeaux à bord de ce Renault Espace.

Selon toutes vraisemblances, Nicolas Sarkozy est arrivé au Palais de justice de Bordeaux à bord de ce Renault Espace. ( Fabien Cottereau)

Que Nicolas Sarkozy ne veuille aucune photo – souvenir – de son audition, ce jeudi à Bordeaux, dans le cadre de l’affaire Bettencourt ne fait aucun doute. Une précaution qui pourrait presque faire sourire dans la mesure où l’avocat qu’il est redevenu depuis son départ de l’Elysée le porte naturellement à fréquenter les palais de justice… A ceci près que c’est bien lui qui risque à présent une mise en examen. Et non pas un de ses clients.

En attendant, force est de remarquer que tout a été fait pour que son entrevue avec le juge Jean-Michel Gentil reste cantonnée aux quatre murs du bureau du magistrat et de ses collègues Cécile Ramonatxo et Valérie Noël. Un bureau, qui plus est, installé au sous-sol du tribunal de grande instance de Bordeaux, là encore à l'abri de tous les regards. A la mi-journée, l’ancien président de la République, qui a tant joué avec les caméras par le passé, est donc l’homme invisible de cette séquence judiciaire.

 

Sous haute surveillance

Nicolas Sarkozy va passer la journée au tribunal de grande instance de Bordeaux. Apres avoir été entendu ce matin par les juges d'instruction Jean-Michel Gentil et Valérie Noel, il sera à nouveau interrogé cet après-midi par le même Jean-Michel Gentil assisté cette fois de Cécile Ramonatxo. Cette audition s'effectue sous haute surveillance, des policiers en civil patrouillent en permanence dans le couloir de la Juridiction interregionale spécialisée qui instruit les dossiers Bettencourt.

Dominique Richard 

  • En jet privé

Ce jeu du chat et de la souris entre Nicolas Sarkozy et les journalistes a débuté dès son arrivée en Gironde ce jeudi matin. L’ancien président est arrivé aux alentours de 8 h 20 à l’aéroport de Mérignac à bord d’un jet privé blanc. Si nous disposons de photos de l’appareil et de l'image d’une silhouette à travers un hublot de l’appareil, rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit de Nicolas Sarkozy. Sa descente de l’avion a également été protégée des curieux à l’aide d’un dispositif de sécurité ayant repoussé au loin les journalistes. Si l’on sait que deux voitures l’attendaient sur le tarmac, une Citroën C6 et un Renault Espace, personne n’a su dans quel véhicule il est monté. Ce qui, là encore, était voulu. Détail important, mais sans surprise, les vitres des voitures étaient teintées.

  • Une voiture leurre

Toujours dans cet esprit de conserver un maximum de discrétion, la Citroën C6 a servi de leurre. C’est ce véhicule qui est arrivé en premier au Palais de justice de Bordeaux, vers 9 heures. Très vite, la presse a pu constater que Nicolas Sarkozy n’était pas l’intérieur. 

  • Plan média

Selon toutes vraisemblances, l’ancien président se trouvait dans le Renault Espace qui a pris l’entrée du tribunal située cours du Maréchal Joffre, aux alentours de 9 h 15. Là encore, les vitres teintées empêchent d’affirmer qu’il était bien dans ce véhicule. Toutefois, un autre élément plaide en ce sens : c’est la présence de deux motards en civil escortant le véhicule jusqu’au tribunal. Des motards qui n’étaient pas présents sur le tarmac de l’aéroport. Et qui auraient donc rejoint la voiture de Nicolas Sarkozy au fil du trajet. Pour autant, si aucune photo de Nicolas Sarkozy n’a pu être prise, l’arrivée du Renault Espace a été largement filmée par les médias. Mais, à ce stade et sur le strict plan de l’image, pour Nicolas Sarkozy l’essentiel est atteint. Reste à savoir si l’issue de son audition devant le juge Gentil viendra modifier le plan média de l’époux de Carla Bruni.

Nicolas Sarkozy  lire tet voir l'article sur sudouest.fr · Affaire Bettencourt · Bordeaux
À lire aussi
Affaire Bettencourt : Sarkozy entendu au Palais de justice de Bordeaux
Audition de Sarkozy : Jean-Michel Gentil, le juge à qui l'on ne raconte pas d'histoires !

Rédigé par

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article