Paris truqués : les jeux en ligne vont-ils tuer le football ?

Publié le 6 Janvier 2010

Photo : un ballon abandonné (WhosThisValGirl/Flickr)

En partenariat avec LesInrocks.com

Conséquences du foot-business, les scandales liés aux paris truqués se multiplient en Europe. La France, pas à l'abri, devrait promulguer une loi restrictive.

A côté de la main de Thierry Henry, l'affaire est passée inaperçue. Le foot européen vit le plus gros scandale de paris truqués de son histoire. Démantelé mi-novembre, un réseau mafieux serait intervenu sur près de 200 matches dans une dizaine de pays, dont l'Espagne et l'Allemagne.

Ce genre d'histoires est devenu courant ces dernières années. Arbitres, joueurs, entraîneurs ou dirigeants cèdent de plus en plus à la tentation de pourrir le cours d'une rencontre pour de l'argent.

Pendant ce temps, la France prépare une loi qui autorise les paris sportifs sur le net, dont la Française des jeux détient pour l'instant le monopole. Cela revient à libéraliser un marché déjà bouffé par la corruption.

Frédéric Bolotny, chercheur au Centre de droit et d'économie du sport de Limoges, explique :

« Bien sûr, cette décision semble paradoxale, mais c'est une injonction de l'Europe. Le marché illégal existant déjà, autant le réguler. »

« Les paris en ligne risquent de tuer le football »

S'il veut jouer de l'argent, le fan de foot n'est plus obligé de se pointer dans un bar PMU, de taper sur l'épaule de Marcel et de s'acheter une grille de loto sportif. Il lui suffit maintenant d'aller sur un des 25 000 sites, souvent établis à Malte, à Gibraltar ou dans un paradis fiscal du genre, pour parier sur à peu près n'importe quoi, comme le nom du premier joueur à obtenir un corner ou le résultat d'une rencontre obscure de troisième division hongroise. Voilà des paris faciles à truquer et les mafias s'en réjouissent…

« Les paris en ligne risquent de tuer le football », affirme Christian Kalb, créateur d'une société de consulting spécialisée dans le sport et les jeux d'argent :

« La France a la réputation de se montrer particulièrement rigide en matière d'éthique sportive. Si cette nouvelle loi s'applique telle quelle, les groupes criminels ne viendront pas chez nous. »

Des revenus qui intéressent pouvoirs publics et mafias

La loi française, dont la promulgation était prévue pour le 1er janvier 2010, n'entrera pas en vigueur avant quelques mois. Elle comprend une foule de dispositions qui permettraient de lutter contre le marché illégal. Ainsi, les sites devront obtenir une licence avant de pouvoir proposer des paris et encore, pas sur n'importe quoi.

La loi permettra aussi à l'Etat, qui prélèvera une taxe de 7,5% sur les mises, et aux acteurs du foot (les clubs peuvent signer des contrats de sponsoring avec les opérateurs) de ponctionner une part de l'argent.

Car les paris en ligne génèrent des revenus qui intéressent tout le monde, tant les pouvoirs publics que les mafias. Soit. Malgré les risques de sanctions, certains sites pourraient choisir de rester dans l'illégalité.

Alors, pour lutter contre les paris truqués, le plus simple n'aurait-il pas été d'interdire les paris sportifs ? François Trucy, sénateur UMP du Var, auteur de rapports sur la question, répond :

« On ne peut pas prohiber les paris, on peut juste les réguler. Quand les Américains ont interdit l'alcool, on a vu ce que ça a donné. »

A force de courir après l'ivresse du business, le foot pourrait finir par en crever. Christian Kalb conclut :

« Dès qu'on touche à l'incertitude du résultat, le sport perd de sa valeur. Ça a été le cas pour la boxe et le cyclisme qui ne sont plus aussi populaires qu'autrefois. Le foot pourrait être victime de la même érosion. »

Photo : un ballon abandonné (WhosThisValGirl/Flickr)

En partenariat avec LesInrocks.com

LesInrocks.com

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article