Pourquoi le prix de l'essence ne suit pas celui du pétrole ?

Publié le 27 Février 2010

Question posée par __Fab__ | Haute-Savoie
La réponse de Augustin Scalbert

Une pompe à essence en Inde (STR New/Reuters)

Le prix de l'essence à la pompe change peu, alors que le prix du brut est deux fois plus élevé : _Fab_ se demande pourquoi. Sa bonne question a suscité d'aussi bonnes réponses des riverains. L'adéquation entre les prix du baril et du litre d'essence à la pompe n'est effectivement pas la même entre février 2008 et février 2010. Mais cette apparente bizarrerie s'explique en fait très logiquement par… les taxes, comme l'ont remarqué EspritLibre04 et Tassin.

Directeur de la rédaction de la revue spécialisée Pétrole et Gaz arabes, Francis Perrin le confirme :

« La remarque de votre lecteur est juste : il n'y a pas beaucoup d'écart sur le prix de l'essence à la pompe, alors que l'écart sur le prix du pétrole brut est beaucoup plus important. »

L'expert puise dans ses tableaux de statistiques, et revient avec des éléments chiffrés. En février 2008, le brent de la mer du Nord était à 96 dollars le baril en moyenne mensuelle. Aujourd'hui, il est très légèrement en dessous de 80 dollars et oscille entre 70 et 80 dollars depuis quelques semaines.

Pourtant, à la pompe, le litre d'essence sans plomb 95 coûte en moyenne 1,30 euro TTC aujourd'hui, et valait 1,35 euro TTC il y a deux ans !

La raison est claire : c'est à cause de la part des taxes dans le prix. « Dans un litre d'essence à la pompe, il y a un peu de pétrole et beaucoup d'impôts », s'amuse Francis Perrin.

En ce moment, 65% du prix à la pompe vient des taxes

En février 2008, le prix d'un litre de SP 95 était constitué à 61% de taxes. Deux ans plus tard, cette part est de 65%. Un litre à 1,30 euro se décompose comme suit :

  • essence hors taxes : 47 centimes
  • taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) : 61 centimes
  • taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : 22 centimes.

Commentaire de Francis Perrin :

« Si on prenait le prix hors taxes, on verrait que les variations sont nettement plus fortes. »

Le fait que les deux tiers du prix du litre soient des taxes a pour effet d'amortir les fluctuations du pétrole sur le marché : quand le cours du baril chute beaucoup, comme c'est le cas depuis le record historique de 147 dollars en juillet 2008, le prix à la pompe baisse moins.

Mais l'inverse est aussi valable : quand le cours du baril augmente fortement, le prix à la pompe augmente moins. « Mais, logiquement, l'automobiliste voit plus facilement quand ça ne baisse pas », note Francis Perrin.

 

Photo : une pompe à essence en Inde (STR New/Reuters)

A lire sur Rue89 :

Moins l'essence était chère, plus sa hausse fait mal

Source  Rue89.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article