Présidentielle : les journalistes du Figaro réclament un journal plus « honnête »

Publié le 10 Février 2012

 

Vu sur Twitter 09/02/2012 

Présidentielle : les journalistes du Figaro réclament un journal plus « honnête »

Auteur  Pierre Haski | Cofondateur Rue89
 

La lettre des journalistes du Figaro (@fxbourmaud via Twitter)

Les journalistes du Figaro se rebiffent. Ce n'est pas une rébellion, juste un avertissement à leur direction, après l'accumulation, depuis des mois, de « motifs d'interrogation », « ainsi que des manchettes à sens unique suscitant l'ironie dans les revues de presse ».

Réunis en assemblée générale, les journalistes demandent, dans leur texte, que le directeur de la rédaction, Etienne Mougeotte, veille :

« à ce que les articles, mais aussi les titres et les manchettes, rendent compte de manière complète et pluraliste de l'actualité – de manière “honnête” pour reprendre une expression d'Etienne Mougeotte – sans occulter tel ou tel sujet au motif qu'il pourrait embarrasser l'actuelle majorité ».

Une réponse à la sortie d'Etienne Mougeotte, lors d'un précédent moment de tension à l'automne dernier :

« On n'est pas là pour emmerder la droite. »

Les rédacteurs soulignent qu'ils n'ont nullement l'intention d'aller « postuler ailleurs » pour se sentir « à l'aise » dans leur profession, une allusion claire à un propos attribué à Etienne Mougeotte disant aux journalistes mécontents d'aller postuler « à Libé »...

Le jour où le Fig mag fait un « coup »

Cette prise de position en assemblée générale est un nouveau signe de tension en interne à la suite du caractère totalement engagé du Figaro au profit du seul (bientôt) candidat Nicolas Sarkozy.

Le rôle d'Etienne Mougeotte, le directeur de la rédaction, qui est de notoriété publique un conseiller officieux de l'entourage présidentiel, la série de manchettes anti-Hollande de l'automne, ou encore les « vœux » antisocialistes du propriétaire du journal, le sénateur UMP Serge Dassault, agacent depuis longtemps une partie de la rédaction.

Cette prise de position publique intervient le jour où le Figaro magazine fait un « coup » avec la quasi-déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy. Un beau coup journalistique, mais aussi très politique.


Rafale de rappels des valeurs journalistiques au Figaro (Baudry)

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article