Quand Roselyne Bachelot dézingue Sarkozy, ses conseillers et l'UMP

Publié le 1 Juillet 2012

Revue de presse · 24 juin 2012 à 23:56 · imprimer  Imprimer l'article

Bachelot dézingue

C'est toujours plus facile de balancer après. L'ancienne ministre de la santé, qui ne s'est pas représentée aux élections législatives, Roselyne Bachelot, dézingue à tout va dans un livre, sorti mercredi 20 juin en librairie sous le titre A feu et à sang, Carnets secrets d'une présidentielle de tous les dangers.

Un livre que Mediapart a lu pour préparer une interview... annulée à la dernière minute par l'ancienne ministre.

Que faut-il en retenir ? Que pendant la campagne, NKM a avoué en avoir "marre de Patrick Buisson" (le conseiller droitier de Sarkozy). Que Juppé et Fillon n'ont pas assumé cette droitisation mais se sont bien gardés de le dire officiellement. La défaite ? Selon Bachelot, elle serait liée à la droitisation de son discours sur le mariage homosexuel, l'immigration, les chômeurs. Pourquoi cette droitisation ? "Ce « glissement idéologique », Bachelot l'impute à « l'influence néfaste » de « communicants » et « conseillers » « coupés du réel » qui ont « fait le vide autour de Sarkozy », explique Mediapart en citant la ministre. En cause notamment, la « bête à trois têtes » : Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Claude Guéant. « Le président s'est retiré en vase clos avec ses âmes noires », il « n'écoute que lui-même et ses conseillers ultra-conservateurs », accuse-t-elle".

Autre problème : la bulle que les conseillers de Nicolas Sarkozy auraient créé autour de lui. Bachelot déplore « le souci obsessionnel » des conseillers de Sarkozy « de tout maîtriser », jusqu'à « transform(er) les visites prétendument de terrain en des simulacres de rencontres aseptisées ». Une « mise en scène savamment orchestrée » qu'elle décrit maintes fois. « Les déplacements du président sont toujours organisés méthodiquement pour lui éviter une franche confrontation avec les “vraies gens”. On se hâte de faire le vide dans la commune concernée (...) On ne laisse sur place que quelques centaines de militants UMP rassemblés dans une salle municipale et tout disposés à faire la claque. Nicolas Sarkozy trouve cette organisation bien huilée formidable, car rassurante. »"

Dernière charge de Bachelot, relevée par Mediapart, l'UMP. "L'échec de la campagne est aussi celui d'une « UMP défaillante », « affaiblie » et « démotivée », explique Roselyne Bachelot, amochant au passage le leadership de Jean-François Copé, rival de son ami Fillon dans la guerre de succession.

....lire et voir l'article sur politique.net


>> Des extraits à lire sur Mediapart


*** Source
- Marine Turchi, "Roselyne Bachelot, la rupture tardive", Mediapart, 20.06.2012


>> Bachelot à propos de Rama Yade en 2007 : "Heureusement qu'elle n'est pas lesbienne et handicapée, elle serait Premier ministre"

Bachelot et Yade


>> Bachelot à l'Assemblée nationale : "On devrait plutôt faire un Grenelle du cul"

Roselyne Bachelot au parlement


>> Selon Le Canard enchaîné, en 2008, Roselyne Bachelot aurait couvert les fraudes des pharmaciens

Bachelot et les pharmaciens

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article