Sarkozy lâche Yade, Bachelot juge "l'incident clos"

Publié le 5 Novembre 2009

Alors que le chef de l'Etat estime que la Secrétaire d'Etat aux Sports a une "difficulté à s'insérer dans une équipe, quelle qu'elle soit", la ministre de tutelle de Rama Yade se veut apaisante en se présentant comme "une grande sœur".

Rama Yade et Roselyne Bachelot (AFP)

Rama Yade et Roselyne Bachelot (AFP)

Le président de la République estime que Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Sports, a une "difficulté à s'insérer dans une équipe, quelle qu'elle soit", a-t-on appris mercredi 4 novembre auprès de l'Elysée.
"C'est Nicolas Sarkozy qui a trouvé et promu Rama Yade mais il constate aujourd'hui sa difficulté à s'insérer dans une équipe quelle qu'elle soit", selon l'Elysée.
"Nicolas Sarkozy l'a retirée" du ministère des Affaires étrangères, où elle était secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme, "parce qu'elle ne se supportait plus avec (Bernard) Kouchner", le chef de la diplomatie, a-t-on ajouté.
"Maintenant, c'est la bagarre avec Roselyne Bachelot", son actuelle ministre de tutelle, "il y a un moment donné où il faut travailler en équipe ou alors, ce n'est pas possible", a également affirmé la même source.
"C'est une affaire sérieuse, le gouvernement de la France, ce n'est pas une affaire de caprice !", a-t-on ajouté.

 

Bachelot se voit "comme une grande sœur"


Roselyne Bachelot estime pourtant que "l'incident est clos" avec Rama Yade.
"L'arbitrage" concernant la suppression des avantages fiscaux des sportifs professionnels au titre du droit à l'image collectif, "a été rendu et la secrétaire d'Etat en avait été informée. Je constate aujourd'hui que l'incident est clos puisque nous avons travaillé hier devant le Sénat avec Rama Yade et que, bien entendu, il n'y a eu qu'une seule voix gouvernementale", a-t-elle déclaré sur RTL, après avoir souligné qu'elle n'avait pas "de difficulté à travailler" avec Rama Yade depuis qu'elle était sa secrétaire d'Etat.
"Dans une équipe gouvernementale, il faut jouer collectif, je lui dis avec beaucoup d'amitié et de gentillesse", a souligné Roselyne Bachelot, assurant qu'elle ferait "tout pour qu'elle (Rama Yade) arrive à s'insérer, s'il y a des difficultés".
"Je me considère plutôt comme une grande sœur, j'ai 30 ans de plus que Rama Yade, je suis là pour l'aider et pas pour la mettre en difficultés", a-t-elle rassuré, sans vouloir se prononcer sur les menaces de François Fillon.

Xavier Bertrand n'a rien vu


Le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand avait déclaré, après les couacs au sein de la majorité et de l'exécutif, qu'il "préfère les débats à l'absence totale de débat", ajoutant qu'il "n'a pas le sentiment" qu'il y ait "un problème Rama Yade".
Invité de l'émission "les questions du mercredi" sur France Inter, Xavier Bertrand a estimé que les débats dans la majorité "c'est pas nouveau".
Interrogé sur le point de savoir s'il y a un "problème Rama Yade", après le désaccord public entre la secrétaire d'Etat aux Sports et sa ministre de tutelle Roselyne Bachelot (Santé) il a répondu : "je n'ai pas le sentiment, non".
"Elle travaille, elle est au travail, Rama", a-t-il ajouté.

Au gouvernement et en opposition


François Fillon confirme pourtant qu'il existe bien "un problème Rama Yade." Le Premier ministre a déclaré à propos de la secrétaire d'Etat aux Sports qu'on ne peut "être au gouvernement" tout en étant en opposition avec la "ligne" défendue par l'exécutif, dans un entretien au Monde daté de vendredi.
"Lorsque l'on est secrétaire d'Etat, on est sous l'autorité d'un ministre. C'est contraignant, mais c'est la règle du jeu", dit-il, évoquant le cas de celle qui s'est opposée aux arbitrages de sa ministre de tutelle, Roselyne Bachelot, sur la question du "droit à l'image collective" des sportifs.
"On ne peut pas être au gouvernement et en opposition avec la ligne du gouvernement", insiste le Premier ministre, qui mardi s'en était déjà pris à la secrétaire d'Etat aux Sports lors de la réunion de groupe des députés UMP.
"Les membres du gouvernement sont porteurs de l'intérêt général, pas seulement des intérêts qui s'expriment auprès de leur ministère", dit-il encore.


Source Nouvelobs.com

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article