So Foot : Sœur Rama Yade tente de racheter le péché des Bleus

Publié le 23 Décembre 2009

Photo : Rama Yade au campus des jeunes UMP à Seignosse, en septembre (Audrey Cerdan/Rue89)

En partenariat avec So Foot

Paix, amour, fraternitude ! Rama Yade appelle toujours au rassemblement de tous les Français autour de l'équipe de France du Foot de France. Afin de sceller la réconciliation des Français autour des Bleus, Sœur Rama a prié Raymond Domenech et ses joueurs de se montrer plus « généreux ». Au sens propre, comme au figuré. Paix, amour, fraternitude… et argent, donc.

Rama Yade est une vraie républicaine, tendance IIIe. Rama, c'est Topaze (de Marcel Pagnol), l'instituteur pétri de morale qui foudroyait symboliquement devant ses élèves l'escroc injustement enrichi :

« Ce malhonnête homme n'aura jamais l'approbation de sa conscience. Jamais ! Alors ? … Eh, bien, tourmenté, jour et nuit, pâle, amaigri, exténué, pour retrouver enfin la paix et la joie, il distribuera aux pauvres toute sa fortune parce qu'il aura compris que… BIEN MAL ACQUIS NE PROFITE JAMAIS ! Et que L'ARGENT NE FAIT PAS LE BONHEUR ! »

Dimanche soir, sur RTL, Rama Topaze-Yade a sommé Raymond Domenech (l'escroc injustement enrichi ? ) de :

« s'ouvrir aux gens, montrer sa générosité, et aller voir les jeunes dans les quartiers afin de montrer que cette équipe appartient à la France entière. Raymond Domenech doit reconquérir les coeurs. »

Sister Rama a même suggéré à l'Equipe de France de « reverser les bénéfices de la Coupe du monde aux sports amateurs », comme Les Bleus l'avaient fait dans leur immense bonté en 2006 où les gains avaient permis de « ré-informatiser tous les petits clubs locaux »…

Rama, voyons ! Vouloir changer Raymond ? Pffff… Rama : même si les Bleus étaient champions du monde, la France entière se réjouirait de ce jour glorieux avant tout comme le moment du départ définitif de Ray Scope du poste de sélectionneur !

Même victorieux, il aurait zéro chance d'être reconduit. La France entière n'aimera jamais Raymond et Raymond continuera de faire le pitre jusqu'aux aurores boréales. Voilà pour ce qui est de « reconquérir les cœurs ».

Petite sœur des pauvres

Photo : Raymond Domenech lors du match qualificatif de la Coupe du monde contre l'Irlande (Charles Platiau/Reuters)L'idée de redistribution des gains des Bleus aux sports amateurs ? C'est en gros contraindre « les riches à donner aux pauvres » pour se faire pardonner… Pardonner quoi ? Rama Yade, « ministre de tutelle des Bleus », est bonne fille : à sa façon, elle a voulu éteindre l'incendie allumé par Raymond puis Nicolas Anelka.

Le premier a bafouillé sur sa prime de qualification de 822 222 Euros et 22 centimes et l'autre a conchié le système fiscal français qui taxe 50% des revenus. Rama devait aussi se faire absoudre pour sa prise de position contre la suppression du DIC (droit à l'image collectif), considéré avant tout par l'opinion comme un scandaleux « avantage fiscal » accordé aux sportifs professionnels.

Sa sortie sur le DIC lui a valu une chute dans les sondages, elle dont l'indice de popularité culmine en tête du gouvernement Fillon (70% d'opinions favorables). Un coup dur pour une ministre en passe d'être débarquée après les Régionales…

D'où sa contre-attaque vertueuse de rebistribution afin de rétablir son image et celle, plus désastreuse, du sélectionneur et des Bleus, perçus uniquement comme des incapables assoiffés de fric…

Alors ? Reverser l'argent du Mondial au sport amateur ? Pourquoi pas. Quoiqu'il faille souligner que le football professionnel français rétrocède déjà une partie de sa manne sous la forme de ponctions diverses (entre autre, la Taxe Buffet perçue sur les droits TV de L1 et L2). Evidemment, on peut toujours faire plus. Reste que l'offensive de générosité de Rama Yade a d'autres explications, plus souterraines…

Sainte Mère du Pardon

Outre le « fric » considéré comme impunément gagné par le sélectionneur Domenech ou les internationaux grassement rétribués en clubs comme Niko Anelka, ce qui ne passe toujours pas dans l'opinion française, c'est la qualification des Bleus au mondial sud-africain qui fait honte de par chez nous.

Par son appel à la générosité et au rétablissement de l'image des Bleus, Rama Yade a donc aussi tenté de faire avaler la pilule amère d'une qualif controversée. Il fallait donc « rendre l'argent sale » d'une « qualification sale » afin de purifier le foot français, les Bleus et son sélectionneur.

Rama Yade se plante. L'argent n'a jamais racheté les péchés de quiconque. Il peut éventuellement « indemniser » ou « réparer », mais pas « racheter les fautes ».

Et puis surtout, de quelle « faute » parle-t-on ? Si la qualification des Bleus est entachée d'irrégularité, elle n'est pas immorale… parce que le couple sport et morale n'a jamais formé un mariage parfait.

Si l'équipe de France a bénéficié d'un coup de pouce du destin (de l'arbitre ? ) contre l'Irlande, elle a aussi subi dans sa longue histoire une série d'injustices flagrantes. Comme l'élimination controversée pour le mondial 1962 en barrages contre la Bulgarie (les barrages, déjà ! ) ou contre la RFA au mondial 82, suite à l'agression sauvage de Schumacher sur Battiston qui ne lui a même pas valu un carton rouge.

L'équipe de France s'en est remise. Elle a même été championne du monde 98, championne d'Europe 2000 et vice championne du Monde 2006.

Au nom de la morale sportive… quelle morale sportive ?

Au-delà de l'initiative maladroite de Rama Yade (« la concorde nationale par l'argent », pour parler vite), on déplore que la France ait surtout perdu l'occasion d'approfondir et d'enrichir sa « culture sport ». Oui, on peut se qualifier en Coupe du monde en jouant très mal, avec des joueurs pour certains carrément antipathiques et un entraîneur imbuvable, le tout en bénéficiant aussi d'un arbitrage « favorable » (cf. sur la main d'Henry)…

L'arbitre fait partie du jeu et il s'est trompé. Point final. La morale sportive, si elle existe, rétablit les injustices sur la durée : c'est au terme d'une bonne coupe du monde que les Bleus « reconquerront les cœurs », pas en rétrocédant leurs gains, aussi élevés soient-ils.

Quant aux pauvres Irlandais, à eux de démontrer leur valeur en se qualifiant pour le prochain Euro 2012, voire au mondial brésilien de 2014. La qualif » des Bleus pour la Coupe du monde, un « bien mal acquis » ? Non, non : c'est juste le Sport. Du foot.

 

 

Photos : Rama Yade au campus des jeunes UMP à Seignosse, en septembre (Audrey Cerdan/Rue89) ; Raymond Domenech lors du match qualificatif de la Coupe du monde contre l'Irlande (Charles Platiau/Reuters)


En partenariat avec :

So Foot

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens du monde

Repost 0
Commenter cet article