Société : Pourquoi le marché du halal s’impose en France

Publié le 1 Avril 2010


CONSOMMATION.

Mardi s’ouvre à Paris le salon de l’alimentation halal*. Ce secteur autrefois discret sort de sa coquille : supermarchés, fast-foods, restaurants gastronomiques fleurissent. Un vrai business !

112 réactions | Réagir
Auteur CLAIRE CHANTRY

Du champagne aux oeufs, le secteur halal dépasse largement le simple négoce de viande d’animaux abattus selon le rite musulman. A Nanterre (Hauts-de-Seine), un Limousin d’origine marocaine vient d’ouvrir une supérette Hal’Shop, un concept bobo où l’on trouve de la pâte à tartiner ou des plats thaï halal. A Nantes (Loire-Atlantique), un jeune d’origine irakienne a lancé début mars le Baker Market sur le même modèle.

 
En savoir plus
«C’est plutôt un signe d’intégration»
Le petit salé et la tartiflette revisités
Les «beurgeois», clientèle cible
 

« Ce est en croissance de 15 % par an, il réalisera en 2010 un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros », synthétise Abbas Bendali, directeur de l’institut d’études Solis. « Le gros des ventes se réalise dans le commerce des boucheries, mais le halal concerne aujourd’hui aussi les plats préparés ou les rouges à lèvres sans graisse animale. »

Des grandes marques s’y mettent

Cinq millions de personnes de culture musulmane dont 70 % issues du Maghreb sont aujourd’hui considérées comme une cible marketing. Ces clients, pour la plupart des actifs ayant moins de 40 ans, remplissent aussi les restos halal haut de gamme qui fleurissent en Ile-de-. On les surnomme les « beurgeois ».
Des marques nationales telles Fleury Michon ou Herta se mettent à vendre des viandes, des soupes ou des petits pots halal concurrençant les acteurs historiques Dounia ou Médina. Et ça marche ! Rien que sur la restauration rapide halal, Solis estime qu’un milliard d’euros sera dépensé en 2010. « Même sur , les clients peuvent vérifier que les produits sont certifiés halal », détaille Abderrahman Bouzid, responsable chez Casino de la seule marque halal de la grande distribution, baptisée Wassila, qui fabrique hachis parmentier, pizzas, ragoûts d’agneau. « On ne fait pas du business pour le business, poursuit le manageur. On n’a pas de cosmétiques ou de vinaigre halal tant que le Conseil français du culte musulman n’a pas proposé de normes sur ces produits. »

* Salon Halal expo, ouvert seulement aux professionnels.  Hall 3 du parc des Expositions de la porte de Versailles (Paris XV
e ).

Fil RSS


Source Le Parisien .fr

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article