Sur Facebook, les particuliers proposent le gîte et le couvert aux sans-abri

Publié le 10 Février 2012

Auteur SudOuest.fr
12 commentaire(s)

Sur Facebook, les particuliers proposent le gîte et le couvert aux sans-abri

Lancé au début du mois, le groupe d'entraide Facebook "Le 115 du Particulier" met en contact des sans-abri et des gens qui proposent leur aide

Sur Facebook, le

Sur Facebook, le "115 du particulier" met en contact des sans-abri et des gens qui proposent leur aide (PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE sgaudard)

Depuis vendredi dernier, Cédric, Brann et Solange s'affairent à trouver chez des particuliers des places d'hébergements pour les sans-abri, via un réseau d'entraide, créé sur Facebook qui compte déjà 3.000 membres.

A dix personnes, ils ont créé le 3 février sur Facebook une page intitulée le "115 du particulier". Une initiative qui se présente comme "un vrai outil à la disposition de la misère", offre "un coup de main aux associations et aux travailleurs sociaux". 

 

Tout est parti d'une question postée sur Facebook par Cédric Lebert, artiste-peintre de 41 ans, qui a passé 15 années de sa vie entre la rue et les squats, à Paris et à Lyon: "pourquoi n'y a-t-il pas de particuliers dans le fichier du 115?".

Très vite, Brann du Senon, ancien sans-abri de 51 ans, handicapé, qui vit "en autonomie" dans une caravane près de Nemours (Seine-et-Marne), a échangé sur la toile avec Cédric, Solange et d'autres.

"On propose des places d'hébergement chez des particuliers en mettant en contact des sans-abri et des gens qui proposent leur aide, surtout quand il fait -10 degrés", explique Brann. "On ne veut surtout pas se substituer aux travailleurs sociaux, la mission principale est de trouver un toit à ceux qui n'en n'ont pas, les bonnes volontés proposent ce qu'elles peuvent et le temps qu'elles le peuvent, ça peut être un canapé, de la nourriture, une douche ou encore une soupe", précise Brann, qui assure ainsi "réorganiser la solidarité".

Ainsi, jeudi, sur la page de Brann et ses amis virtuels, une personne de Chauny dans l'Aisne déposait une proposition: "ce soir je peux offrir la douche et un repas chaud mais je n'ai pas de couchage, je n'accepte que les femmes je suis seule avec des enfants alors vous comprendrez".

"Je propose un lit, un repas, une douche à personnes dans le besoin. je suis dans le centre de la ville" proposait Axel de Périgueux, jeudi.  

Ce même jour, en fin de journée, la page proposait 75 offres de Paris à Marseille en passant par la Meuse, le Morbihan ou la Gironde.

Les coordonnées des personnes proposant leurs offres n'apparaissent pas, il faut donc passer par un "administrateur" qui met lui-même les personnes en contact.

Stefania Parigi, directrice générale du Samu social de Paris met toutefois en garde :
.....lire et voir l'article sur sudouest.fr

Réseaux sociaux · Intempéries
À lire aussi
Bordeaux : leurs vies tiennent à un fil
Française des gueux
Le « froid extrême » déclenche l'urgence
La galère ordinaire, dans la peau d'un sans-abri

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article