Débat : se faire espionner sur Facebook et Google par les services secrets américains est-il grave ?

Publié le 11 Juin 2013

Débat : se faire espionner sur Facebook et Google par les services secrets américains est-il grave ?

Le titre de ce billet est volontiers provocateur, mais la question se pose, alors que le scandale de la surveillance a repris de l'ampleur avec les révélations d'Edward Snowden.

Cet ancien associé de la CIA a décidé de sortir de l'ombre dans une interview publiée le 9 juin, qui explique pourquoi il avait transmis aux journalistes du Guardian et du Washington Post ses informations sur les pratiques de surveillance téléphonique et de surveillance du Net par les services de renseignement américains.

"Je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d'Internet et les libertés essentielles pour les gens tout autour du monde avec ce système énorme de surveillance qu'il est en train de bâtir secrètement", justifie notamment Snowden.

Des propos qui recoupent les milliers de réactions et de commentaires postés depuis les Etats-Unis depuis l'éclatement de l'affaire Verizon (opérateur téléphonique dont les communications des abonnés sont surveillées par la National Security Agency).

Ces discussions sur le bien-fondé et le rôle de cette surveillance généralisée des interfaces de communication (téléphonie, Facebook, Google, Skype, Youtube...) viennent en écho aux interrogations qui émergent dans de nombreux articles ou billets de blogs : vous pouvez lire à titre d'exemple le débat sur le site du New York Times consacré à l'équilibre nécessaire entre sécurité et liberté, ou cette comparaison entre les lois de l'administration Obama et la société décrite dans 1984 de George Orwell.

Lundi 10 juin, ce sont près de 4 000 messages qui sont laissés sur le populaire espace de discussion Reddit, en réaction à l'interview d'Edward Snowden au Guardian, où il explique ses révélations par son refus de vivre dans une société "où tout ce que font les gens est enregistré et surveillé".

Les sujets Reddit les plus discutés sur le thème de la "surveillance", lundi 10 juin.

"Il s'agit vraiment d'un problème important, que tout le monde devrait prendre en compte", s'indigne un commentateur, pour qui l'excuse "si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à craindre" ne saurait être suffisante en comparaison des atteintes aux libertés individuelles causées par une telle surveillance du Net.

Dans les 750 commentaires relatifs aux propos du journaliste Green Geewald (ayant recueilli les informations et les propos d'Edward Snowden) sur le "choix de société" posé par ces sujets, l'un d'eux ironise à propos de l'impossibilité d'organiser de vrais mouvements de contestation puisque les principaux services utilisés actuellement par les internautes pour converser sont... surveillés.

Toutefois, de telles protestations restent improbables pour le site Politico, tant la plupart des citoyens américains sont, en réalité, indifférents à cette "surveillance" à laquelle les Américains se sont volontiers laissés aller depuis le 11 septembre 2001 au nom de la lutte contre le terrorisme, rappelle le site Buzzfeed (lire en anglais : "Comment les Américains se sont habitués à être surveillés", et voir également la dense chronologie de l'Electronic Frontier Foundation).

A en lire les commentaires de lecteurs recueillis par le site USA Today, certains jugent ainsi bon de laisser le gouvernement américain faire son travail : "Seuls les coupables ont quelque chose à craindre."

Vue depuis l'Europe, et pour les lecteurs du Monde.fr, la problématique des libertés individuelles apparaît encore plus éloignée. Sur nos pages Facebook et Google+ (soit des sites américains dont NSA et FBI auraient accès aux serveurs...), nous avons bien trouvé, au fil des commentaires, un abonné qui se demande quelles seront les conséquences diplomatiques d'une surveillance mondiale des internautes par les Américains (pour l'instant, seuls quelques députés européens ont semblé s'en émouvoir) :

Mais nous avons également découvert des lecteurs résignés, pour qui cette surveillance potentielle de leurs conversations privées n'est pas forcément une nouveauté, ou quelque chose de gênant. Ce à quoi d'autres ont vertement répondu :

Rédigé par jeanfrisousteroverblog

Repost 0
Commenter cet article