Et si les dents perdues des adultes repoussaient

Publié le 30 Mai 2013

Et si les dents perdues des adultes repoussaient

Selon un Eurobaromètre commandé par la Commission européenne et publié en 2010, seulement 41 % des Européens adultes déclaraient avoir toutes leurs dents (ce taux n'était que de 34 % pour les Français). Parmi les personnes interrogées, 12 % disaient avoir entre 10 et 19 dents naturelles (une dentition normale compte 32 éléments, ou 28 pour ceux chez qui les dents de sagesse n'ont pas poussé), 6 % de 1 à 9 dents et 7 % reconnaissaient n'en avoir plus aucune. Ce n'est pas le moindre des paradoxes de la physiologie que de voir un organe si exposé à l'usure et si important pour l'alimentation ne pas être renouvelé chez l'adulte. Pour employer le terme savant, Homo sapiens est diphyodonte car, à de rares exceptions près, il n'a que deux jeux à sa disposition au cours de son existence, les dents de lait et les dents définitives. D'autres animaux sont nettement mieux servis. Ainsi, des reptiles comme les serpents, les geckos ou les alligators sont polyphyodontes, c'est-à-dire que leur dentition est remplacée de nombreuses fois au cours de leur existence.

D'où l'intérêt que la médecine régénératrice porte à ces animaux. Cette discipline en plein essor a pour but de recréer de nouveaux organes naturels pour prendre le relais de ceux qui sont défaillants. On pense en premier lieu à des organes vitaux comme le cœur, les reins ou le foie mais les dents, certes faciles à remplacer par des prothèses, font également partie des cibles. Ainsi, dans un article publié le 13 mai par les Proceedings de l'Académie des sciences américaine (PNAS), une équipe internationale (Etats-Unis, Chine, Taïwan) s'est-elle intéressée à la manière dont l'alligator renouvelait sa dentition afin de savoir si le processus pourrait être transposable à l'homme. Selon les auteurs de cette étude, ces crocodiliens constituent de bons sujets car, à la différence des poissons polyphyodontes, leur palais et la manière dont leurs dents sont accrochées à la mâchoire se rapprochent de ce que l'on trouve chez les mammifères. Chez l'alligator adulte, les 80 dents sont remplacées environ une fois par an. Comme il s'agit d'animaux à longue durée de vie, ils peuvent donc changer de dentition une cinquantaine de fois !

Pour comprendre comment et pourquoi ce renouvellement permanent s'opère, ces chercheurs ont suivi et analysé la croissance dentaire chez des embryons d'alligators et chez de jeunes individus. Premier constat : tout comme pour un iceberg, la dent déjà sortie n'est pas la partie la plus importante du processus. Ce qui compte le plus, c'est ce qui se passe dessous, un cycle qui ne s'arrête jamais, une sorte de perpétuelle relève de la garde. Sous la dent déjà sortie et fonctionnelle, on trouve toujours une dent de remplacement qui, en grandissant, vient saper sa racine. Quand cette dent de remplacement, encore invisible depuis l'extérieur, a atteint la moitié de sa taille finale, un signal chimique est envoyé à la lame dentaire, une bande de tissu de la mâchoire où se créent les bourgeons de dents. Car, et il s'agit du second constat de l'étude, c'est dans cette lame dentaire que sont stockées les cellules souches capables de se différencier en dents. Lorsque le signal chimique les atteint, on lance la production de... la remplaçante de la remplaçante. Et ainsi de suite. Cette véritable usine à ratiches est même capable de passer en mode de production d'urgence lorsqu'une dent est accidentellement (ou chirurgicalement pour les besoins de l'étude) arrachée.

Chez l'être humain, difficile de reproduire ce schéma, pour une raison simple : l'essentiel de la lame dentaire disparaît une fois que les dents définitives sont sorties. Ceci dit, les cas relativement fréquents de dents surnuméraires poussant de manière anarchique montrent que la partie n'est pas perdue. Dans la conclusion de leur étude, les chercheurs pensent qu'il est possible d'identifier tous les acteurs du renouvellement dentaire, ce qui permettrait, écrivent-ils, "soit d'activer les cellules souches présentes dans les restes de lame dentaire afin de redémarrer un processus de renouvellement chez des adultes qui ont perdu des dents, soit de stopper la génération incontrôlée de dents chez des patients ayant des dents surnuméraires".

Dans un premier temps, cette équipe aimerait extraire ces cellules souches pour apprendre à cultiver des dents en laboratoire. Encore faut-il pour cela repérer ces cellules souches chez l'humain adulte et maîtriser toute la communication moléculaire nécessaire au développement harmonieux des différents tissus qui composent la dent. Un projet à rapprocher d'une autre étude, publiée il y a quelques semaines, dans laquelle des chercheurs britanniques et japonais ont associé des cellules humaines de gencive et des cellules souches de dents de souris pour faire pousser des dents humaines, ce dans des reins de souris... Comme souvent dans le domaine émergent de la médecine régénératrice, on est bien loin de mettre sur le marché des applications pratiques. Et d'imiter les alligators.

Pierre Barthélémy (suivez-moi ici sur Twitter ou bien là sur Facebook)

75 commentaires à Et si les dents perdues des adultes repoussaient
  1. Rédigé par : D.T. | le 26 mai 2013 à 18 h 43 min | Répondre | Alerter |

    2058
    La greffe de dents est devenue un acte médical banal. Elle permet de reconstituer des dents disparues, mais aussi de se faire implanter des dents en nombre supérieur à celui d’origine.
    Le record est détenu par un espagnol : 78 dents, soit une de plus que de neurones.

    http://dernierssiecles.blogspot.com/2012/10/2058.html

    • Rédigé par : TZ | le 26 mai 2013 à 21 h 37 min | Répondre | Alerter |

      Et pour un prix dérisoire : 1500 euros la dent.

      En effet, le lobby des dentistes ainsi que celui des prothésistes et autres laboratoires fabriquant dentifrices, solutions anti-bactériennes et brosses à dents sont passés par là. Après moult manifestations, ils ont pu faire en sorte que cette technique ne soit réservée qu’aux plus riches.

      Et, surtout, pas remboursée par la Sécurité Sociale !

    • Rédigé par : mugnier | le 26 mai 2013 à 21 h 54 min | Répondre | Alerter |

      Euuh, pas en 2058 mais en 1992 je me suis fais faire une auto greffe de dent (remplacement d’une incisive définitive éjecté suite a un accident, par une prémolaire)! Vous êtes en retard. Votre pub pour votre blog n’autorise pas les commentaires stupides. Effectivement le nombre de neurones prédis doit également être celui de votre boite crânienne.

      • Rédigé par : François Leblanc | le 28 mai 2013 à 0 h 15 min | Répondre | Alerter |

        Ça n’est pas banal..
        Si je ne suis pas indiscret, pourquoi ne pas avoir opté pour une solution plus traditionnelle, du genre bridge ?

      • Rédigé par : néo-untel | le 28 mai 2013 à 9 h 16 min | Répondre | Alerter |

        Mugnier
        D.T. qui est un grand humoriste doit se régaler quand ses « prédictions » marchent aussi bien qu’avec vous.

      • Rédigé par : Allons z'enfants | le 28 mai 2013 à 11 h 48 min | Répondre | Alerter |

        « Votre pub pour votre blog n’autorise pas les commentaires stupides »

        Apprenti dictateur ?

        Personnellement, de la pub sur ce blog : j’ai droit à BforBank, samsung, renault, abris de piscine, un truc immobilier « loi dufflot »

        Alors la « pub » innocente pour un blogueur qui n’a rien à vendre, je ne trouve pas ça choquant.

        Les commentaires « stupides » ne sont pas interdits, non (el hamdoullah!) sinon, vous-même ne seriez pas autorisé à poster sur l’Internet…
        et il n’y aurait plus grand commentaire à la suite des articles.

  2. Rédigé par : L. | le 26 mai 2013 à 18 h 44 min | Répondre | Alerter |

    En attendant une époque merveilleuse où les dents des adultes repousseraient sur demande, lutter réellement contre les couts exorbitants que représentent le simple remplacement d’UNE SEULE dent serait utile aussi… Beaucoup de gens (dont moi) font trainer leurs dépenses dentaires, ce qui n’arrange pas les choses… Ou même y renoncent carrément!

    • Rédigé par : Lily | le 26 mai 2013 à 19 h 31 min | Répondre | Alerter |

      Bien d’accord avec vous. Personnellement, j’ai trois dents qui bougent dans ma mâchoire depuis un an mais, faute d’argent, je ne vais pas chez le dentiste qui risque de m’inventer une maladie des gencives pour me mettre une ardoise. Je rêve en attendant en lisant cet article, du jour heureux où les dents des humains pourront repousser comme celles des alligators !

      • Rédigé par : irian | le 26 mai 2013 à 19 h 43 min | Répondre | Alerter |

        De toute façon ce qui primera sera le cout de l’opération:
        qu’est ce qui sera moins cher? La fabrication en laboratoire puis la greffe sur le patient? Ou, ce qu’on fait très bien aujourd’hui, un implant?
        Cette technique, si un jour elle apparait, restera, je pense, bien plus chère que les implants classiques.
        Finalement, ce qui est intéressant, c’est la recherche fondamentale sur ces cellules souches et non pas son application dans ce cas précis des dents.
        Je doute fort qu’elle soit économiquement bénéfique pour le patient et la société.
        Enfin, je me trompe peut être…

        • Rédigé par : Blaise | le 26 mai 2013 à 21 h 03 min | Répondre | Alerter |

          Tout a fait d’accord. Surtout que le cout de l’operation necessite du travail qualifie et que donc son cout pour la societe diminuera peu dans le futur. Par contre il y a encore des gains de productivite a atteindre dans le domaine des implants (pourquoi pas avec des imprimantes 3D par exemple) et donc leur cout va surement diminuer.

          Quant au cout des soins dentaires, c’est la meme problematique que pour les couts de la sante en general, les prix sont artificiellement hauts a cause du rationnement de l’offre due au numerus clausus en 1ere annee de medecine. Il est temps de revenir dessus et de faire baisser les prix.

          • « Par contre il y a encore des gains de productivite a atteindre dans le domaine des implants (pourquoi pas avec des imprimantes 3D par exemple) et donc leur cout va surement diminuer. »

            Une grosse partie des implants et couronnes est fabriquee en Chine, pour un prix deja tres derisoire.(moins de 50 euros). Le gain de productivite est deja en place, c’est simplement que le client en bout de chaine continue de se faire plumer…

Rédigé par jeanfrisousteroverblog

Repost 0
Commenter cet article