Libéré, Weld El 15 s’engage pour… un policier incarcéré

Publié le 4 Juillet 2013

Libéré, Weld El 15 s’engage pour… un policier incarcéré

Weld El 15 a Tunis, mercredi 3 juillet. Photo Nicolas Fauqué, www.imagesdetunisie.com

Tout juste remis en liberté mardi 2 juillet, le jeune rappeur Aladine Yacoubi, alias Weld El 15, qui a vu sa peine de deux ans de prison ferme commuée en six mois avec sursis pour une chanson insultante envers les policiers, savoure l'instant. Il était absent de l'audience en appel qui a statué sur son sort, mardi 2 juillet, et c'est son père qui lui a annoncé au parloir la bonne nouvelle. "J'ai trouvé plein de monde à la sortie qui m'attendait", s'émerveille-t-il. Mais, déjà, le jeune homme âgé de 25 ans, qui arbore une casquette rouge bien visible, s'est trouvé un nouveau combat : la justice. "J'ai lu dans les yeux des juges qu'ils ne sont pas indépendants, mais manipulés", assure-t-il au lendemain de sa sortie, à Tunis.

"Je vais critiquer la justice, promet Weld El 15. On a gagné, mais au fond, je sens que je n'ai pas gagné. J'ai quand même été condamné pour une chanson." Découvrant les propos du chef du gouvernement, Ali Larayedh, membre du parti islamiste Ennahda, qui avait affirmé, il y a peu, qu'il ne le considérait pas comme un "artiste", le jeune homme a cette réplique qui fuse : "Est-ce que lui a mérité quatorze ans de prison sous Ben Ali ?" "Il me prend pour un terroriste, mais il ne comprend rien au peuple", ajoute-t-il.

De sa cellule, où il a passé vingt jours en détention dans des conditions "normales, correctes, même", assure-t-il, Weld El 15 a beaucoup discuté avec d'autres prisonniers et notamment avec un policier en détention préventive. Selon le récit qu'il fait de son infortuné interlocuteur, celui-ci aurait fait un rapport après avoir trouvé une carabine dans un local du parti Ennahda dans la ville de Kelibia, au nord-est de Tunis. "Le lendemain, le local a brûlé et on a accusé le flic, sans preuve, sans vidéo, sans rien." "Ce n'est pas normal, ce flic a juste fait son boulot !", s'insurge le rappeur. "Ça me touche, j'ai appelé sa femme, elle galère trop", conclut-il. Weld El 15 promet de monter "un comité de soutien" pour le policier. Sans rancune. Parmi les forces de sécurité, plusieurs policiers ont déposé plainte contre le rappeur pour les paroles de sa chanson baptisée "Boulicia Kleb" ("Les policiers sont des chiens"), qui a déclenché leur colère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *

Rédigé par jeanfrisousteroverblog

Repost 0
Commenter cet article