Syrie : les Etats-Unis prêts à répondre à l'attaque chimique

Publié le 28 Août 2013

Syrie : les Etats-Unis prêts à répondre à l'attaque chimique

au fil de la journée Alors qu'une intervention occidentale se précise, François Hollande invoque la responsabilité de «protéger» les civils. Sur le terrain, la mission de l'ONU a été suspendue pour des questions de sécurité.

L'ESSENTIEL

• Les tractations s'intensifient entre pays occidentaux et arabes au sujet d'une intervention militaire contre le régime syrien en réaction à l'attaque chimique selon eux «indéniable» contre des civils la semaine dernière près de Damas. Selon l'opposition, l'attaque avait fait plus de 1 300 morts dans la Ghouta orientale, majoritairement des femmes et des enfants.

• Les Etats-Unis se disent prêts, la France et l'Allemagne semblent disposés à suivre. Un Conseil de défense est prévu demain à l'Elysée.

• Les experts de l'ONU, en déplacement dans la banlieue de Damas pour enquêter sur l'utilisation de ces armes, ont été pris pour cible lundi par des tirs embusqués, mais ont pu commencer à enquêter.

Les Etats-Unis prêts à y aller

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a déclaré que les forces armées étaient «prêtes» pour une action militaire en Syrie si le président Barack Obama donnait son aval, dans une interview ce mardi à la BBC. «Nous sommes préparés. Nous avons positionné des éléments pour être capables de répondre à toute option choisie par le Président, a-t-il déclaré. Nous sommes prêts à y aller.»

Depuis plusieurs jours, le secrétaire d'Etat, John Kerry, multiplie les entretiens téléphoniques avec ses homologues en Europe et au Moyen-Orient.

Barack Obama n’a pas fait de déclaration publique, mais évoqué «une palette d’options» possibles pour faire cesser les massacres par le biais du prochain chef de la présidence tournante du Conseil de sécurité, Kevin Rudd.

La Maison Blanche a affirmé que la responsabilité du régime du président syrien Bachar al-Assad dans l’attaque chimique du 21 août près de Damas ne faisait «pas de doute». «Le régime syrien est responsable de l’usage d’armes chimiques le 21 août près de Damas, cela ne fait pas de doute pour quiconque y réfléchit logiquement», a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney.

La France réunit demain un Conseil de défense

François Hollande à l'Elysée ce mardi. (Photo Reuters)

Le président français, qui s'exprimait lors de la traditionnelle conférence devant les ambassadeurs, a ouvert son discours sur la Syrie. Il a déclaré que «le massacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse» et que la France était «prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents» en Syrie, où la «guerre civile (...) menace aujourd’hui la paix du monde». Le Président n'a pas formellement annoncé d'intervention militaire mais il a annoncé qu'il réunirait demain un Conseil de défense et a invoqué «la responsabilité de protéger les civils», telle que définie par les Nations unies. Les Conseils de défense extraordinaires réunissent, à l'Elysée, le chef de l'Etat, le Premier ministre, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, et le chef d’état-major des armées.

«Engager ou ne pas engager la France, agir ou ne pas agir, décider ou ne pas décider, intervenir ou laisser faire, cette question (...) va revenir dans les prochains jours.» Le Président a aussi annoncé qu'il avait décidé «d’accroître notre soutien militaire à la coalition nationale syrienne [l'opposition, ndlr]», a aussi dit le Président sans autre précision.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est entretenu un peu plus tôt avec cheikh Mohammed ben Zayed, commandant en chef adjoint des forces armées émiraties. «Ce sont des pays qui interviennent diplomatiquement très fortement sur la question syrienne et avec lesquels nous avons une coopération stratégique très affirmée, explique l’entourage de Le Drian. Il est absolument nécessaire que nous ayons une conversation avec eux sur le sujet.»

Le Parlement britannique convoqué jeudi

David Cameron à Londres ce mardi. (Photo Reuters)

Au Royaume-Uni, David Cameron, qui penche également pour une intervention, a convoqué le Parlement pour un vote jeudi sur une «réponse proportionnée» à la présumée attaque à l’arme chimique. Les députés étaient censés être en vacances jusqu'à la semaine prochaine. Sur le plan militaire, Downing Street a confirmé que l’armée britannique se préparait à l’éventualité d’une intervention, et a laissé entendre que la décision d’intervenir pourrait être prise avant que les résultats de l’enquête des inspecteurs de l’ONU en Syrie ne soient connus.

Une éventuelle intervention militaire en Syrie viserait «à réduire les capacités d’utilisation» d’armes chimiques, a déclaré David Cameron, jugeant le recours à ces armes «moralement indéfendable». «Toute action que nous prendrions ou que les autres prendraient devrait être légale, proportionnée», a dit Cameron sur la BBC. «Elle devrait être spécifiquement destinée à dissuader l’utilisation d’armes chimiques et à réduire les capacités d’utilisation» de ces armes, a-t-il ajouté, alors que les Occidentaux réfléchissent à une action militaire contre Damas à la suite de l’attaque chimique présumée le 21 août dont ils tiennent le régime de Bachar al-Assad pour responsable. «Il ne s’agit pas d’intervenir dans une guerre au Moyen-Orient (...). Il s’agit de l’utilisation des armes chimiques et de la nécessité de dissuader leur utilisation», a insisté Cameron. «Nous avons vu en Syrie des scènes consternantes de mort et de souffrances à cause de l’utilisation d’armes chimiques par le régime Assad et je ne pense pas que nous puissions le supporter», a-t-il encore dit.

D'autres soutiens à une intervention

La communauté internationale «ne peut pas tourner la tête», estime le Premier ministre australien, Kevin Rudd (photo Reuters), dont le pays prendra la présidence tournante du Conseil de sécurité de l’ONU le mois prochain.

D’intenses consultations à haut niveau ont eu lieu ces derniers jours entre les capitales occidentales pour préparer une «réponse sérieuse», alors que l’armée américaine assurait préparer ses options. Des hauts responsables militaires de pays occidentaux et musulmans entament ce mardi une réunion de deux jours en Jordanie pour discuter «des scénarios» possibles après les «dangereux développements» en Syrie, selon Amman.

Des pays non permanents au Conseil, comme la Turquie, ont également rapidement réagi. Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu (photo Reuters), Ankara s'est dite prêt à rejoindre une coalition internationale même en l’absence de consensus à l’ONU. «Si une coalition est formée contre la Syrie lors de ce processus, la Turquie en fera partie», a déclaré Davutoglu dans un entretien accordé au quotidien Milliyet paru lundi. Selon Ankara, «quelque 36 ou 37 pays discutent déjà de ces options» et seraient prêts à passer outre la décision du Conseil de sécurité.

L’Allemagne a fait savoir quant à elle qu’elle approuverait une éventuelle «action» de la communauté internationale si l’usage d’armes chimiques était confirmé, tandis que l’Arabie Saoudite exhortait le Conseil de sécurité à agir face aux «massacres effroyables» commis selon elle par Damas.

En revanche, l’Italie a rejeté mardi toute intervention militaire en Syrie sans approbation du Conseil de sécurité de l’ONU.

Assad et ses alliés menacent

Le président syrien, Bachar al-Assad, a prévenu Washington que toute intervention militaire contre son régime serait vouée «à l’échec», qualifiant d'«insensées» les accusations occidentales sur l’usage d’armes chimiques par son régime. «Les déclarations faites par des hommes politiques aux Etats-Unis et en Occident sont une insulte au bon sens», a-t-il déclaré.

Bachar al-Assad lundi lors d'une interview pour un journal russe. (Photo Sana Sana. Reuters)

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a dénoncé mardi lors d'une conférence de presse à Damas une éventuelle frappe occidentale qui «servira les intérêts d’Israël et en deuxième lieu, le Front al-Nusra», groupe armé combattant avec les rebelles syriens et qui a prêté allégeance à Al-Qaeda.

Mouallem a en outre assuré qu’une frappe occidentale n’affecterait pas la campagne militaire menée par Damas contre les rebelles. «S’ils pensent pouvoir ainsi empêcher la victoire de nos forces armées, ils se trompent. S’en prendre à la Syrie n’est pas une mince affaire. Nous disposons de moyens de défense qui vont surprendre les autres.»

La Russie, soutien indéfectible de Damas, appelle les Etats-Unis et la communauté internationale à la «prudence» en Syrie. «Les tentatives visant à contourner le Conseil de sécurité [de l’ONU, ndlr], et à créer une fois de plus des prétextes artificiels et infondés pour une intervention militaire dans la région vont créer de nouvelles souffrances en Syrie et auront des conséquences catastrophiques pour les autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord», a fait savoir Moscou.

Hier, Sergueï Lavrov (photo AFP), ministre des Affaires étrangères russe, avait déjà prévenu : «Le recours à la force sans autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU est une violation grossière du droit international [...]. Une intervention non autorisée par la communauté internationale ne fait qu’aggraver la situation dans un pays que l’on voulait sauver de la dictature et où l’on voulait imposer la démocratie.»

Autre allié du régime syrien, l’Iran a prévenu les Etats-Unis de «dures conséquences pour la Syrie mais aussi pour toute la région», en cas d’intervention. Téhéran s’aligne en effet sur les déclaration du régime d’Assad en affirmant que ce sont les rebelles qui sont impliqués dans l’attaque. Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a affirmé qu’il existait «des preuves».

De son côté, la Chine a préconisé elle la «prudence, afin d’éviter toute ingérence.»

La mission de l'ONU en suspens

Les experts de l’ONU chargés d’enquêter sur ces attaques ont commencé à récolter témoignages et échantillons hier dans la banlieue de Damas. Ils devaient continuer, mais leur mission a été reportée à demain faute, selon le ministère de la Défense syrien, de garanties de la part des rebelles concernant leur sécurité. Hier, ils avaient été ciblés par des snipers. «Un examen complet de la situation a conduit à reporter la visite d’une journée afin d’améliorer la préparation et la sécurité de l’équipe», a déclaré un porte-parole des Nations unies, Farhan Haq.

Mais les insurgés ont démenti les accusations du gouvernement, affirmant que «le régime essaie de convaincre la mission que la vie de ses membres serait en danger si elle se rendait dans la Ghouta orientale».

L’ONU a confirmé avoir reporté à mercredi une visite de sa mission d’enquête, prévue mardi près de Damas, en raison de «craintes» pour la sécurité de son personnel. «Un examen complet de la situation a conduit à reporter la visite d’une journée afin d’améliorer la préparation et la sécurité de l’équipe», a déclaré un porte-parole des Nations unies, Farhan Haq.

Aller plus loin Lire tous les articles du dossier Le conflit en Syrie

Victimes de tirs, les enquêteurs sont arrivés sur les lieux d'un probable usage d'armes chimiques. L'hypothèse d'une action hors cadre de l'ONU est sur la table.

Syrie. Après l’Iran, la Russie avertit les Occidentaux, tentés d’intervenir contre le régime d’Al-Assad suite aux attaques chimiques de la Ghouta.

L’hypothèse d’une action des Occidentaux contre le régime de Damas est ouvertement sur la table.

Ajouter un commentaire

Afficher tous les commentaires (1288)

Rédigé par j

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article