Bébé retrouvé dans un coffre à Terrasson (24) : l'enfant va déjà mieux

Publié le 31 Octobre 2013

Publié le 30/10/2013 à 06h00 | Mise à jour : 30/10/2013 à 10h16
Auteur Pierre-Manuel Réault, pm.reault@sudouest.fr , pour sudouest.fr

commentaire(s) 1

Bébé retrouvé dans un coffre à Terrasson (24) : l'enfant va déjà mieux

Hospitalisée à Brive, la fillette retrouvée vendredi dans le coffre de la voiture de sa mère a fait l’objet d’un bilan sanitaire complet. Le point.

Partager

Les premières nouvelles sont malgré tout plutôt rassurantes. Le bébé découvert vendredi par un garagiste à Terrasson-Lavilledieu dans le coffre de la voiture de ses parents va plutôt mieux, compte tenu de ses graves traumatismes, indique la direction de l’hôpital de Brive où il a été placé. Pris en charge par le service de pédiatrie, il fait l’objet d’un bilan sanitaire complet. Ces examens ont déjà permis de déterminer que la fillette, qui aurait entre 15 mois et 24 mois, souffre d’importantes carences.

Retrouvée sale, déshydratée, nue et apparemment fiévreuse, allongée dans un couffin crasseux et malodorant rangé dans le coffre de la 307 break de sa mère, elle n’a en effet ni la taille ni le poids correspondant à son âge.

Selon le procureur de Brive, Jean-Pierre Laffite, l’enfant présente en outre un retard psychologique et psychomoteur, ce qui laisse penser qu’elle a vécu dans des conditions hostiles durant l’essentiel, et peut-être même l’intégralité, de son existence. Elle n’a, en revanche, pas subi de sévices physiques.

Ses retards pourront-ils être comblés ou sont-ils irréversibles ? Pour Sandrine Popesco, pédiatre à Périgueux, nul ne peut encore répondre avec certitude à cette question. Pour autant, insiste-t-elle, il faut rester optimiste. « Un enfant a un potentiel incroyable, surtout à cet âge. Dans cette affaire, le bébé va désormais être choyé, entouré ce qui va sans doute lui permettre de récupérer au moins en partie le retard de développement accumulé au fil des mois. Mais il est difficile de savoir si la maltraitance dont il a été victime aura des séquelles sur sa vie affective. Ce qui paraît certain, c’est qu’il aura besoin pendant longtemps d’un soutien psychologique. »

Pour l’instant, au centre hospitalier de Brive, on s’applique à donner à l’enfant les premiers soins en lui apportant notamment une alimentation adaptée à son état, qui nécessitera à moyen voire à long terme une lourde prise en charge.

Quant au volet judiciaire de l’affaire, il a connu son premier rebondissement, hier. La mère du bébé dissimulé, une femme de 45 ans domiciliée avec son compagnon de 40 ans à Brignac-la-Plaine en Corrèze, a subitement changé d’avocat.

Commis d’office durant le week-end, Me Benoît Brousse, du barreau de Brive-la-Gaillarde, confirme cette information, mais ne précise ni les raisons ni le nom du nouvel avocat. Rappelons qu’elle et son compagnon, laissés en liberté mais placés sous contrôle judiciaire strict, sont mis en examen pour privation de soins et violence habituelle sur un mineur, et dissimulation d’un enfant ayant entraîné une atteinte à son état civil.

Rédigé par Par Pierre-Manuel Réault

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article