Listes électorales de La Rochelle : Ségolène Royal manque d'adresse

Publié le 4 Février 2012

Auteur sudouest.fr
50 commentaire(s)

Ségolène Royal manque d'adresse

Inconnue rue des Dames, Ségolène Royal s'est faite, hier, sa propre avocate

Hier, Ségolène Royal a dû se défendre elle-même devant le tribunal d'instance de La Rochelle.

Hier, Ségolène Royal a dû se défendre elle-même devant le tribunal d'instance de La Rochelle. (photo archives xavier léoty)

A sa sortie de l'École nationale d'administration, Ségolène Royal avait rejoint le tribunal administratif en tant que magistrate. Voilà sans doute ce qui lui a donné le goût des prétoires : à maintes reprises elle s'est transformée en avocate, avec effets de manche garantis, en particulier lorsqu'il s'est agi de voler aux secours des anti-OGM. Reste qu'hier, devant le tribunal d'instance de La Rochelle, si Ségolène Royal a de nouveau endossé la robe du défenseur - c'est une image - c'était tout simplement pour défendre une certaine Royal Ségolène.

De quoi s'agissait-il ? D'une histoire toute simple dans la forme, plus compliquée pour ce qui est du fond. Simple, en effet, est le fait que Mme Royal - candidate, on le sait, aux prochaines législatives par la volonté des gros bonnets socialistes ayant empêché les militants locaux de se prononcer - ait cherché à être inscrite sur les listes électorales rochelaises.

 

Ce qui lui a été accordé via Internet au vu d'un bail signé par elle pour un local de la rue des Dames. Ce qui est farce, c'est que le récépissé d'inscription envoyé à la nouvelle électrice soit revenu à la mairie, le facteur n'ayant pas été en mesure de mettre la main sur le destinataire, à savoir la patronne de Poitou-Charentes…

Un élément qui aurait peut-être pu mettre la puce à l'oreille de la commission administrative électorale composée de représentants de la mairie, de la préfecture et du tribunal d'instance réunie début janvier. Même pas. La commission a entériné cette inscription.

Un citoyen un peu énervé

Ce qui a passablement énervé un citoyen rochelais, un enseignant du supérieur (qui n'est pas Olivier Falorni, empressons-nous de le dire !) lequel a décidé d'écrire - en recommandé - à Ségolène Royal, rue des Dames, pour lui dire son incompréhension. Comment, indiquait-il dans son courrier, être inscrit à La Rochelle quand on a voté à Melle les 9 et 17 octobre pour les primaires socialistes, ce qui impliquait d'être inscrit sur les listes électorales de ce joli coin des Deux-Sèvres ? Comment être inscrit à La Rochelle quand on a été victime d'un nouveau cambriolage à son domicile de la région parisienne ? Et ce professeur facétieux de rappeler qu'en la matière, la jurisprudence de la Cour de cassation était constante : elle a invalidé des inscriptions électorales au motif qu'il ne suffisait pas de posséder un domicile dans la ville concernée, ........lire l'article sur sudouest.fr

Ségolène Royal · région Poitou-Charentes · La Rochelle · Législatives 2012
À lire aussi
Législatives 2012 : Pierre Salviac renonce à se présenter à La Rochelle
Charente-Maritime : un deuxième postulant à droite face à Ségolène Royal
Ségolène Royal rouvre les portes et les vannes
Législatives : le collectif des anti-Royal ne désarme pas
Campagne présidentielle : Olivier Falorni désavoué par François Hollande

Rédigé par jeanfrisouster

Publié dans #citoyens d'europe

Repost 0
Commenter cet article